Paroles officielles de la chanson «Mimi» :

Compositeurs : Gaston Maquis
Auteurs : Gabriel Montoya
Éditeurs : Editions Fortin
Albums :

Paroles officielles de la chanson "Mimi"

Déjà tout s’éveille,
Plus rien ne sommeille,
Dans la Cité vieille,
Que vous et que moi
Déjà dans la rue,
La foule se rue,
Constamment accrue,
Toujours en émoi,
Que vous importe,
Fermant la porte,
A la cohorte des ennuyeux,
Vous dormez, si belle,
Qu’on croit voir Cybèle
Reposer sous l’aile
De vos deux grands yeux.

Vive la paresse,
Puisque rien ne presse,
Prolongez l'ivresse
De votre sommeil,
Et sous la chemise
Fine où se remise
Votre chair exquise,
Narguez le soleil
Moi, je contemple,
Comme en un temple,
La cambrure ample,
Le creux des reins,
Et la Mappemonde,
Et la croupe blonde
Où partout abondent
Les plis de terrains.

Dormez, j'en profite ;
Votre corps m'invite,
Et je vais bien vite
En faire le tour ;
Car dans les étreintes,
Les mains sont contraintes
Ont comme des craintes
De tout mettre au jour.
Je veux connaître
Les coins de l'Etre
Dont je suis maître
Pour mieux l'aimer ,
Ce trésor suave,
Dont je suis l'esclave,
Enfin, je le brave,
Pourquoi l'enfermer?

Dieu, les belles choses,
Les jolis coins roses,
Que de fleurs écloses,
Parmi les vallons ;
Et sur les collines,
Que de perles fines
Dressent, coralines,
Leurs vaillants jalons.
Mon coeur tressaille,
II faut que j'aille
Livrer bataille
A ses appas ;
Un désir farouche
Me vient à la bouche,
II faut que je touche
A ce bon repas!...

Serait-il possible !
Elle est impassible,
Et reste insensible
Aux feux du plaisir ;
Eh quoi, ma mignonne,
Quand je m'époumonne,
Faites-moi l’aumône
Au moins d'un soupir.

Mais la mâtine
Que je lutine
Fait la mutine
Ferme les yeux
Puis toute vermeille
Quand elle s’éveille
Me dit à l’oreille : Merci
Ca va mieux.

 
 


Facebook