Paroles officielles de la chanson «Je Suis Marque Par Le Destin» :

Compositeurs : Francis Raybaud
Auteurs : Yves Favier
Éditeurs : Beuscher Arpege
Albums :

Paroles officielles de la chanson "Je Suis Marque Par Le Destin"

JE SUIS MARQUE PAR LE DESTIN

Ça a commencé sur les bancs de l’école,
Mon voisin de droite avait parfois des névralgies,
Celui d’à côté, guérissait sa rougeole
D’autre avaient la grippe, un rhume ou le torticolis
Mais y’en avait un que poursuivait la guigne
Il attrapait tout
Tout à la fois, et c’était moi
Il aurait suffi que j’aille dans une vigne
Pour attraper le phylloxéra

Je suis marqué par le destin
C’est comme ça y’a rien à faire
Il suffit que je prenne un train
Pour qu’il soit plein …
Même en première !
Et la dernière fois que le fait s’est produit,
Debout dans le soufflet, j’ai fini par me rendre
De Marseille à Paris… sans pouvoir faire pipi
Et j’allais à Lyon mais j’ai pas pu descendre !
C’est comme ça… on n’y peut rien
Je suis marqué par le destin

Premier rendez-vous, elle s’appelait Mireille
Bien sous tous les rapports, prix de beauté, prix de vertu
Je me suis trompé, j’y suis allé la veille
Elle était chez elle… mais sur les genoux d’un barbu
La deuxième fois elle s’appelait Adèle
Elle était mariée, c’est elle qui venait chez moi
Un soir son mari est venu derrière elle
Il m’a dit : vous l’avez ? Gardez-la.

Je suis marqué par le destin
C’est comme ça y’a rien à faire
Elle a cinq frères et son parrain,
Qui sont chez moi… avec sa mère
Et pour ne pas sombrer dans la neurasthénie
Ayant lu cette annonce « dame seule et fidèle
Désirerait connaître un Monsieur pour sorties »
J’ai pris rendez-vous… et j’ai trouvé Adèle
C’est comme ça … on n’y peut rien
Je suis marqué par le destin

Il y a des gens que la chance visite
Ils ont des cadeaux qu’on leur offre en toute occasion
Moi pour la Noël, j’ai l’appendicite
Et le chirurgien m’a dit après l’opération …
J’ai tout enlevé Monsieur, soyez tranquille
J’ai coupé les amygdales par-dessus le marché
S’il n’avait pas dû réveillonner en ville,
Je me demande ce qu’il m’aurait coupé…

Je suis marqué par le destin
C’est comme ça y’a rien à faire
Et pour finir le lendemain
Il a voulu qu’on me réopère
Il ne retrouvait pas, disait-il, ses lorgnons
Pour les récupérer, il m’a ouvert la rate
L’intestin, la vessie et le duodénum …
Et il les a trouvés… derrière sa cravate
C’est comme ça … on n’y peut rien
Je suis marqué par le destin

 
 


Facebook