Paroles officielles de la chanson «Montreal» :

Compositeurs : Edouard Dumoulin, Ivy
Auteurs : Edouard Dumoulin, Ivy
Éditeurs : Beuscher Arpege
Albums :

Paroles officielles de la chanson "Montreal"

MONTREAL

Maintenant, je veux que tu déchires la ville
Que tu lui fasses la peau
Pour te faire les griffes
Comme on fait l’amour
Pour passer à travers un sujet

Je veux que t’écrases cette ville qui fume
Pour ne plus jamais recommencer

Quand Montréal nous tient dans sa toile
De ruelles ramifiées
On fait mouche à tout coup
Chacun sa vie à son fil
Sa ville à son goût

Moi, ma ville file comme une araignée qui se défile
Presque hostile
Au défi de la postérité
Montréal, c’est la modernité

C’est ce qui dresse
Quand tu traverses l’eau
C’est ce qui te reste
Quand le reste fait défaut
Sans-abri, sans maison_neuve
Les iroquois dont b’en ce qu’ils peuvent

Tant que le beat coule
Les fluides circulent
Les tam-tams soûlent la foule
Sous la canicule
Et qu’on se métisse
Et qu’on s’amalgame
Et qu’on tisse la trame du Grand Slam

Viens, y en a tant que t’en veux
Pour les oreilles et pour les yeux
À toute heure du jour
Et de la nuit

Y a pas d’erreur
N’aie pas peur
De l’euphorie
Des couleurs

T’as pas de casque, pas de froque, pas de job, c’est dull
Toi qui rêvais d’être idole
Lâche pas le fruit est mûr en son entier
T’as qu’à choisir ton quartier

Prend ma main
Pose ta tête contre mon épaule le pont est en vue
La ville pâlit : deux points, ouvre les guillemets
Et le jour, point, mais…
La ville bleue un instant fait silence
Dans la rumeur montante
Ferme la parenthèse
De ceux qui se taisent
Et regarde

Nous somme loupe dans la bergerie
Lus dans les librairies
Renards dans le poulailler
Agneaux pascaux
Parce qu’au fond
Nous avons
Les œufs dans le nid-de-poule
Et les mots dans les bouches du métro
Nous t’encensons
Car tu nous enseignes
Jusqu’à la lie des tavernes libres

La ville rouge
De partout_zes elle bouge
La chienne est tentante
Ouvre la parenthèse
À l’aise
Et regarde les branches prendre les rues
Les écureuils tomber des nues
Et nous deux, ébahis
D’aller trouver la nuit
Montréal, c’est aussi la hache solaire
Qu’on déterre

C’est la montagne dans un verre d’eau
Le champagne en esperanto
La campagne en apéro
Montréal m’accompagne sous le manteau
C’est Paris, si c’est par en haut
New-York City par défaut
C’est une rime de plus parmi tous les mots
Parmi tous mes maux
Parmi tous les morceaux

C’est Québec, moins son château
Squatec, plus le techno
C’est la Beauce moins les gâteaux
La sauce sans les caillots

C’est une rime de plus parmi tous les mots
Parmi tous mes maux
Parmi tous les morceaux

Si jamais tu veux te trancher les veines
Coupe donc à travers les artères

 
 


Facebook