Paroles officielles de la chanson «Salsa Slam» :

Compositeurs : Philippe Brault, Ivy
Auteurs : Ivy
Éditeurs : Beuscher Arpege
Albums :

Paroles officielles de la chanson "Salsa Slam"

SALSA SLAM

« Comment pouvez-vous acheter ou vendre le ciel, la chaleur de la terre ? L’idée est bien étrange. Si on ne possède pas la fraîcheur de l’air et le miroitement de l’eau… »

On est pas les premiers-nés de l’Amérique
On est les fils ainés de l’ancienne Armorique

« …Comment les achetez ? Chaque parcelle de cette terre est sacrée »

On n’est pas les premiers-nés en se pays
La désinformation s’est acharnée à ce qu’on l’oublie

« C’est la terre de mon peuple »

Mais du Mexique au Canada
C’est la loi le bras droit des États
USA – You, essaye pas
Para todos todo para nosotros nada
Bienvenue au Canada

On n’est pas les premiers-nés en se pays
La désinformation s’est acharnée à ce qu’on l’oublie

« Les rivières sont nos frères »

Fier de notre spécificité de race
On s’attache à complexifier les clauses et les paperasses

« Les rivières sont nos frères et les vôtres »

Un attaché de presse assez pressé merci
Poursuivi sans cesse par un attaché-case
S’est enfin décidé à céder ses idées
Pourvu qu’on lui ouvre le tiroir-caisse
Pourvu qu’on reste coi – qu’est ce que tu dis ?
Je ne sais pas, dérange-moi pas, j’observe !
Sans sang sur les mains sans censure – moins certain
La question des Indiens, on la traite sous réserve

On est de fine pointe à l’encre sympathique
On est de face au fond des mains dans les arrière-boutiques
On n’est pas les premiers-nés de l’Amérique

Mais du Mexique au Canada
C’est la loi le bras droit des États
USA – You, essaye pas
Para todos todo para nosotros nada
Bienvenue au Canada
On est de fine pointe à l’encre sympathique
On est de face au fond des mains dans les arrière-boutiques

« L’homme blanc abandonne la tombe de ses aïeux, et cela ne le tracasse pas »

Assis sur notre rectitude analytique
On est d’outre-pacifisme, on est d’outre-Atlantique

« L’homme blanc enlève la terre à ses enfants et ça ne le tracasse pas »

C’est le brouillard sur les ondes de communication
Les fantômes du passé sont en vie, attention !

« La tombe de ses aïeux et le patrimoine de ses enfants tombent dans l’oubli »

Tout un micmac sur l’autoroute de l’information
Un peuple en banqueroute réclame sa nation

« Il traite sa mère, la terre, et son frère, le ciel, comme des choses à acheter… »

On est de fine pointe – « piller » - à l’encre sympathique
On n’est pas les premiers-nés de l’Amérique

« Vendre comme les moutons ou les perles brillantes. Son appétit dévorera la Terre et ne laissera derrière lui qu’un désert »

 
 


Facebook