Paroles officielles de la chanson «20 10 100» : Odezenne

Albums :

Paroles officielles de la chanson "20 10 100"

On était deux, dix, cent... Au vingtième siècle à peine.
Levé de mon lit, scène morbide zen.
Attitude jean, whisky, flemme : portrait classique.

Je l'aime.

Mon bloc « locké » à triple tour, le cerveau bloqué.
Un matin gris, un matin doux,
Elle m'attendrit elle a bon goût et m'a-t-on dit on invente tout. J
E bugge ou je suis piqué ?
Des gens marchent sur des trottoirs déterminés,
Déjà en marche il est trop tard c'est terminé.
Faut que j'en sorte indemne ! Fuir au galop !
La vie me porte ou me mène
Mais j'ai la dalle au point que je me trompe de supports ou de béquilles.
De loin je me montre un peu fort et j'enquille.

On était deux, dix, cent. On était deux, dix... on était deux, dix, cent.

Au vingtième étage à peine,
Sorti de mon lit c'est l'orbite zen.
Anéanti c'est leur but ça !
Prendre une hauteur sur le butin et voir petit.
Pendre sa chaleur pour une putain et voir ceci :
Il fait froid, il fait gris mais c'est toi qui m'a dit,
C'est étroit dans ta vie, cet endroit est petit.
On s'étouffe, on se bouffe, on se trouve, on se perd, on se couve en hiver,
Au secours on s'y terre !
Pffff ! Je m'égare dans de beaux draps !
Une belle dort blême au regard danse.
Je voudrais... Je crève dans mon "ni de l'amour ni de la haine".

On était deux, dix, cent. On était deux, dix... on était deux, dix, cent.

 
 


Facebook