Paroles officielles de la chanson «Taxi» : Odezenne

Albums :

Paroles officielles de la chanson "Taxi"

L'horizon détonne, j'ai de la pluie sur le pare-brise,
Un client au téléphone et une maitresse qui s'éternise.
Pourboire. Un bout de tarte à la myrtille...
Je reprends le boulevard, mes jantes qui scintillent.

La route opaque, le clignotement des peep-shows,
Les défoncés au crack : bienvenue à pimp show !
Putes sur hauts talons en shortie flashy,
Les sacs font des rangs en attendant le backchiche.
C'est le trouble au loin, je change de cap,
Me casse d'ici j'ai trop peur d'y croiser le diable.
Un vieux chard-clo pète les plombs,
parle tout seul, tousse, entre chaque mot il crache du sang.
Sirène d'ambulance, corsaire de caniveau,
Règlement de compte au marteau à la station essence.
Sens interdit, l'attente au feu rouge.
Cliente en pull rouge, micheton qui surgit.
Les jeunes se chamaillent, font peur aux touristes,
Le vacarme s'arrête à l'arrivée de la police.
L'entrée des clubs, des belles pouliches bien montées en escarpins et lourdement diamantées.

Ma routine ?
Un collier de réverbères, des kilomètres à reverbe entre 2 grenadines...
Les mêmes tubes qui passent sur les fréquences,
Les mêmes pubs toutes au format immense...
Les quartiers cannibales, les folles sapées en poule,
L’ambiance fuschia, les sacs de gnôle devenus maboule.
Le vice et le fric tournent des camés aux dealers,
Des dealers aux grossistes et des grossistes aux Range Rover.
Double file à Pigalle ! la gale de pas circuler,
Au passage clouté un marginal me traite d'enculé.
L'Ukraine traîne en tenue légère à l'heure où je freine
Et l'air a le goût de ma banquette amère ou je kaine.
La rue est crado comme ses sales histoires,
Ses flics véreux, ses grecs-mayo’ et ses trottoirs.
Huit heures et quart je finis le service,
Je vais au bar, café, tartines, wc hors-service.

 
 


Facebook