Paroles officielles de la chanson «Fable Loupgaresque» :

Auteurs : Claude Nougaro
Éditeurs : Les Editions Miss Terre
Albums :

Paroles officielles de la chanson "Fable Loupgaresque"

Auteur : Claude Nougaro
Editions : Miss Terre

Fable Loupgaresque

Quelqu’un pleurera-t-il sur ce navrant cadavre?
En est-il au moins un que ce fait divers navre ?
Regarde le journal, en gros titre, regarde :
« Loupgarou dévoré par les chiennes de garde »

Elles m’ont dévoré.

A travers elles, je ne cherchai que le havre
Le havre d’une paix perchée sur le même arbre
Elles m’ont dévoré

Classique loupgarou, je chantais à la lune
Deux ou trois harmonies plus douces que des dunes
Je chantais sur le thème de la solitude
En sol dièse majeur mon légendaire tube
Le seul que j’aie jamais fait

Ouh Ouh Ouh Ouh est-elle
Ma loupgarou, ma loupgarelle
Saute-t-elle à la marelle
Sur les galaxies
Viens, ma marelle, viens par ici
Vers ton blanc loupgarou, le troubadour de l’ode
Son regard de rubis et son cœur d’émeraude
Son archet te prendra les cordes, violoncelle
Le soir venu tu m’écosseras les pucelles
Ouh Ouh Ouh es-tu
Ouh Ouh Ouh est-elle ?

A ce moment précis, un objet contondant
Me frôle la face
Je fus partout cerné de prunelles de glace
Et sentis sur ma queue un pointu coup de dents
La lune se froissa, napperon de dentelles.
Soulevant tout autour leurs gencives cruelles
Ces louves ne me disaient rien de bon
A coup de langue rose, je plaidais notre cause :
« Les loupgarous ici, les loupgarelles là ?
La soie de votre peau reprend son quant-à-soi ?
Mais s’il n’est point de roi, il n’y a plus de reine
Mis à part, dans l’arène, deux sexes à l’étroit
Loupgaroubisons-nous, je compte jusqu’à trois »

Elles ne firent qu’une bouchée de moi
De moi qui leur parlais dans une langue exquise
Ni pute, ni soumise

C’est dans le Figaro, en gros titre, regarde :
« Loupgarou dévoré par des chiennes de garde »

Et puis salut, ça les regarde
Elles sont en galère et se croient en gala
Dans l’étang de la lune, je lape l’au-delà
Assis sur un caillou
J’ai repris mes études
Mon légendaire tioube
« In my solitioude, iou, iou, iou
I think to you
You, you ouh ouh …

 
 


Facebook