Paroles officielles de la chanson «Les Bienheureux» : Greg Fontaine

Albums :

Paroles officielles de la chanson "Les Bienheureux"

Sûr qu’on aurait pu s’y plaire,
A la longue,
Dans ces corolles de fumée,
A emmerder la terre entière,
Puis le monde
Refaire dans un cendrier.
De l’or en veux-tu?
Combien? combien?
A perte de vue?
A pleine main? A pleine main?

Et tourne tourne encore une fois
Le manège de nos coeurs envieux,
Jusqu’à presque toucher du doigt,
Dans nos fantasmes pernicieux,
Ce qui ne nous appartient pas.
A nous les bienheureux.

Sûr qu’on aurait pu s’y perdre,
A la longue,
Dans l’inertie avouée.
Et ne lui trouver de remède
Que dans la ronde
Des vapeurs alcoolisées.
De l’air en veux-tu?
Sans fin, sans fin,
Jusqu’à n’avoir plus
Besoin de rien.

Et tourne tourne une dernière fois
Le manège de nos coeurs envieux,
Jusqu’à pouvoir toucher du doigt
Nos propres rêves ambitieux
Et les voir nous combler déjà.
A nous les bienheureux.

Au diable le luxe des rois
Quand tourne tourne une première fois
Le manège de nos coeurs heureux.
Pourvu que l’on soit fier enfin
De nos statuts de «bons à rien»,
Celui des autres n’est pas mieux.
Et tourne tourne encore une fois
Le manège de nos coeurs de rois,
De l’or en barre dans les yeux.
Sûr qu’on s’y plaira plus que bien,
A la longue, dans notre destin,
Dignes de se dire bienheureux.

 
 


Facebook