Paroles officielles de la chanson «Pauvre Anatole» : Anatole Peterson

Albums :

Paroles officielles de la chanson "Pauvre Anatole"

La musique s'arrête.
ESCLAFFO : Mais dis-moi, Churro, où est ton père ?
ANATOLE : C'est vous qui savez, M'sieur Esclaffo...
ESCLAFFO : Quoi ?
ANATOLE : Vous lui avez demandé de venir vous voir et il a sauté dans le premier avion.
ESCLAFFO : Moi ? Je lui ai rien demandé, Churro... Voila des années que je lui ai pas donné de nouvelles. Est-ce que c'est pas vrai Mama Moraes ?
MAMA MORAES : C'est bien vrai, churro... On serait bien dans la peine pour faire des invitations, on a même plus le telefono...
ANATOLE : Et papa, alors ? Il est où papa ?
ESCLAFFO : Madre de Dios, ça m'inquiète. Qui a pu l'appeler et se faire passer pour moi? Il fait pas bon se perdre à San Balajo... C'est plus le bon temps comme avant.
MAMA MORAES : Viens-là mon Churro, faut pas avoir peur, on va le retrouver le Papa Mouillepatte. C'est sûrement quelqu'un qui a fait la blague !
NARRATION : Ca fait du bien de voir que la Mama l'a pris dans ses bras, mon Anatole, parce que moi de toute façon j'ai pas les bras assez longs pour en faire le tour. Au bout de cinq minutes, on s'est retrouvé sur les vieilles banquettes de la vieille mustang du vieil Esclaffo à chercher le vieux Bobby dans les rues de la vieille ville. La seule erreur, c'était le vieux chien qu'on nous avait collé. Ces bestioles, ça peut pas s'empêcher de me mettre la langue dans l'oreille.
Bruit intérieur voiture.
PICTOBRUIT : Klaxon

 
 


Facebook