Paroles officielles de la chanson «La Voix Du Sous-Sol» : Brasco

Compositeurs : Nicolas Papail, Lionel Marcal
Auteurs : Brasco
Chanteurs : Brasco
Éditeurs : Warner Chappell Music France
Albums :

Paroles officielles de la chanson "La Voix Du Sous-Sol"

REFRAIN (Scratchs par DJ Myst)
Brasco, la voix du sous-sol
Entre Panam et Gwada
Le terter m’a transformé en machine de guerre
J’attends l’occasion de m’échapper de ma misère
Brasco, la voix du sous-sol
Un vagabond, de partout et de nulle part
Fils de musicien, j’peux pas fuir mon destin
Brasco, la voix du sous-sol

COUPLET 1
Mon parcours est risqué donc j’me fie à l’instinct
Fils de musicien, j’peux pas fuir mon destin
Ma vie de chien a voulu me piéger pleins de fois
J’canalise cette amertume dans mon grain de voix
Mon but c’est de finir ce que mon père a commencé dans la zik
Pour sauver l’honneur, j’suis prêt à plonger dans l’acide
Parce que mon rap a pris racines dans ce désert aride
Mais où se cachent les poids lourds ? Le bulldozer arrive
J’ai dosé mes rimes, posé les mines,
Explose les ennemis qui me causent des ennuis
Ils savent pas ce que j’endure, ce que j’ai parcouru
Là d’où je viens, si tu flambes trop tu repars tout nu
J’me suis fait respecté, la rue m’a vite marqué
D’une vie d’raté, corrompu à la Vic Mackey
Il en faut plus pour me nuire, j’vais pas vous le dire en six langues
Je veux exaucer mes vœux avec ou sans étoile filante

REFRAIN

COUPLET 2
Un mollusque devenu robuste
Ça a pas été facile de sortir du blocus
J’écris ce que je vis, c’est pas du Balzac
J’gratte mes textes crus avec du sang de spartiate
J’ai voulu faire autre chose histoire de me racheter
Mais mes pêchés coûtaient trop cher, ça n’a pas marché
Le monde du travail m’a pris pour un idiot
Mais j’prenais sur moi, fallait bien remplir le frigo
J’ai bicrav aux toxicos, dépouiller les bourgeois
Le chômage m’angoissait, j’ai pas eu beaucoup de choix
C’que j’ai kiffé de ma vie de rue
C’est la haine qui s’est déclenchée dans ma sique-mu
Le reste superflu, le biz, les magouilles, les tasses-pé
Elles auront du Brasco, laisse les fantasmer
J’ai plus le droit à l’erreur, des fois elle est cruelle
Ben moi j’suis un alien si tu me dis qu’elle est humaine

REFRAIN

COUPLET 3
Excité comme la gaule d’un gorille
J’ai envie de tout péter comme une bombe à bord d’un Boeing
Timal, chercher à me ralentir c’est chercher à m’abattre
Interdit aux boulets voulant s’accrocher à ma patte
J’connais ta blague, petit, tu parles de street
Mais tu sors jamais de chez toi, ta mère te tient par le slip
J’ai appris à être rapide
Surtout quand il s’agit faire du liquide pendant que les kisdés rappliquent
J’ai pas envie de faire le chaud, ni de prendre des airs mafieux
Même si j’aime les films de gangster et les armes à feu
Mais j’peux pas me fier au système, entouré de vautours
Des pantins qu’on manipule avec des poupées Voodoo
Moi, j’veux juste mettre ma mif à l’abri
Plus le temps de prier Dieu, dans ma religion c’est moi La Bible
Je viens du sous-sol, entre les jaloux, les embrouilles,
Les magouilles, les patrouilles, mes voyous

 
 


Facebook