Paroles officielles de la chanson «La Nuit M'appelle» : Oxmo Puccino

Albums :

Paroles officielles de la chanson "La Nuit M'appelle"

Voici venue l’heure du crime

Officiellement dans les premiers appelés,
C'est ma soeur de couleur, j'ai scellé la porte et fondu la clé
Privé de sortie tes yeux sont gonflés
L'insomnie me poursuit quand t'as la chance de ronfler,
Remercie plutôt tes parents de s'inquiéter quand t'es pas rentré,
C'est le crépuscule la crapule en toi sort d'entre parenthèses
L'ambiance est maléfique, tu te découvres un autre visage,
Tu changes d'accoutrement qui sait ce qui s'envisage,
Restes sourd à ses coups de fil
Où tes pieds décollent, suspendu au cou par un bout de ficelle
Découpez les fils, y’a plus de crédit, j'ai détruit l'antenne
Jetez la batterie, il sonne quand même
La nuit t'appelle

La nuit elle t'appelle pas par hey yo
Quel angoissant silence radio,
T'es pas chez toi, non
T'es bien dans son royaume
Ce tourbillon dans tes boyaux,
Je sais j'en suis resté éveillé des millions
Qui ne croyait pas aux fantômes
Lumière éteinte la pénombre
Te fait crier, ho non
Ce n'était que des ombres
Tu dois avoir tes raisons
La nuit les hommes ne sont pas pareils

T'es ivre à blâmer et la nuit t'appelle
Elle t'attend au bout de la route armée de sa pioche, sa pelle
Les flashs me reviennent, coupent mon sommeil au scalpel
Je lui disais prends ce top model et réserve à l'hôtel
Préserves toi des cocktails où ton volant se bloque
Sous les forces invisibles au troisième virage
Arrive l'imprévisible, évites ces heures où le froid rôde
Caches tes émeraudes, secoues tes éperons, galopes vers le hall
Tu recomposes ton digicode, pourtant derrière toi y'a personne
Tes battements de coeur s'accélèrent comme si ta dernière heure sonne
Elle confond pas parler fort et être forte
Les yeux ouverts tu rêves de bruit lorsqu'elle chuchote
Les fenêtres claquent et les rideaux flottent
Le soleil fuit, les démons complotent
Lorsqu'elle m'appelle tant pis pour ma belle
Sur elle se replie la couette
Une feuille m'attend, roulons vers Black Poeto.

Le matin revenu, certains ont perdu la boussole
Aux jeux d'argent clandestins du deuxième sous-sol
C'est la nuit et son taux de viols
Du métal dans le coffre des bagnoles
Les babioles scintillent, les filles frivoles!
"n"ième passage à la douane espagnole
C'est l'heure de "pointe" donc les rames se vident
Je voulais pas rater le dernier d'une heure moins dix
A pied, pas fini de traverser la ville
Quartier sensible, les jeunes se font la guerre civile
La nuit porte conseil à la fin c'est elle qui décide
Elle t'appelle en traître dès que le jour se retire
Tu te demandais est-ce la dernière à l'aube c'est reparti pour un tour
Rien à faire à part attendre que le jour se lève
Avoir encore sommeil au réveil, et chercher l'oseille

(refrain)

 
 


Facebook