Paroles officielles de la chanson «Vice Et Vertu» : Buridane

Compositeurs : Buridane
Auteurs : Buridane
Chanteurs : Buridane
Éditeurs : Sony Atv Music Publishing Bv
Albums :

Paroles officielles de la chanson "Vice Et Vertu"

Sur ou contre toi je ne bouge plus je ne bouge pas
J'écoute les ombres interrompues la mienne qui ne s'endort pas
J'entends ton sang qui tape au loin, comme un indien l'oreille sur toi
Je voudrais dire mais rien ne vient, je voudrais que tu m'demandes pourquoi
Sur ou contre toi je ne bouge pas je ne bouge plus
Étrange mystère d'être soi soudain comme face à l'inconnu
Se sentir comme pris dans les phares ou dans l'effroi de la lumière crue
Et que si j'ose j'appuie sur pause pour rassembler vice et vertu
Je ne reconnais pas ce geste léger de la veille
Si dérisoire hier et là prendre une ampleur irrationnelle
Je voudrais que tout s'arrête là que l'instant soit pendu au ciel
Juste avant cet au-delà, avant le but universel

Ref: Juste une minute encore
Avant qu'il n'y en ait plus
Que disait-on alors
"Rien, tu t'étais tue"

Je prie paupières baissées les yeux fermés comme on implore
Petite prière sur le pêché, sur l'empêchée qui se fait du tort
A l'expression, à l'abandon, je prie je jure et je déplore
Qu'on pleurera plus sans raison, à la fin de l'envoi je dors.
Le rêve casse la réalité, transforme tout en château fort
En tour imprenable et butée comme si c'était nous le trésor
La triste vérité c'est que dans le fond tout le monde s'ignore
Nous serions métamorphosés si l'on osait quelques efforts

Les perdants ont peur des records mais on aimerait bien savoir
Combien avant, quel est le score au compteur "post verres au comptoir"
Certes inutile, certes certes certes imbécile de notre part
Que notre audace est minuscule ? besoin de personne pour le voir
On cherche à se compromettre au danger mais c'est un leurre
Le devoir aux belles prouesses a mis péril en la demeure
M'attendras-tu me trouveras-tu serais-je assez à la hauteur
Si tu vas voir ailleurs peut-être verras-tu combien c'est meilleur

Ref

Qu'il peut faire froid dans nos bouches et qu'il peut faire froid dans nos bras
Car à la fin de quoi l'on touche si ce n'est pas le trépas
On danse sur les tables tout seul debout comme un fou maladroit
Nous nous sentons défaits en somme et faits pour personne à la fois
Alors quand le peu d'attention que l'on nous accorde avec joie
Devient une sorte de "c'est beaucoup beaucoup trop d'bonheur tu vois"
La course à la dignité, savoir si on le mérite ou pas
Je prends ça pour un hors sujet, s'il y a envoi moi je reçois

 
 


Facebook