Paroles officielles de la chanson «L'or Et Le Cuivre» : Gilles Servat

Compositeurs : Gilles Servat
Auteurs : Gilles Servat
Chanteurs : Gilles Servat
Éditeurs : Allo Music Editions
Albums :

Paroles officielles de la chanson "L'or Et Le Cuivre"

Tantôt il vient timidement
Telle une aube derrière les nues
Comme va l’amble la jument
Qui par sa bride est retenue
Tantôt la résistance est vaine
C’est comme un philtre éblouissant
Soudain répandu dans les veines
Qui met l’incendie dans le sang
Par lui le monde est à l’envers
Le bouton c’est la fleur éclose
On prend le rouge pour le vert
Et pour la primevère la rose
Il arrive qu’on pense vivre
Sans savoir qu’on est déjà mort
On a des menottes de cuivre
Qu’on prend pour des bracelets d’or

Parfois c’est un sourire d’enfant
Aux yeux d’eau pure et de lumière
Parfois c’est le cri étouffant
D’un enfant qui frappe son frère
Celui-ci le démon le frôle
Mais lorsqu’on connaît celui-là
On veut l’asseoir sur ses épaules
Pour lui faire sentir les lilas
Il vous transporte en un jardin
Celui d’un lumineux domaine
Où paissent la biche et le daim
Près d’une chantante fontaine
Mais souvent ce lieu de délices
Où le cœur sur l’arbre est gravé
N’est qu’un verger de maléfices
Où l’on erre les yeux crevés

Parfois il ressemble aux saisons
C’est un été de sortilèges
Puis sur sa belle floraison
L’hiver étend son drap de neige
Parfois aux saisons il ressemble
On le croit fini et pourtant
Tel un printemps parmi les trembles
Il reverdit tout doucement
C’est de l’amour que je parlais
A la fois ouragan et brise
Vin rouge mélangé au lait
En même temps nèfle et cerise
Regardez ce beau paysage
Plein de douceur et d’infini
Et voyez rouler les nuages
Dans le ciel au dessus de lui

 
 


Facebook