Paroles officielles de la chanson «L'enfance De Bonnot» :

Compositeurs : Louis Bessieres
Auteurs : Boris Vian
Éditeurs : Editions Majestic Jacques Canetti
Albums :

Paroles officielles de la chanson "L'enfance De Bonnot"

En train d'agoniser un homme revit son passé
Dans les yeux clairs de son chien qui se meurt à ses côtés

En 1881, à l'âge de cinq ans
Il portait déjà dans son coeur le deuil de sa maman
Et son pèr' le giflait sans raison tant et tant de fois
Que l'injustice en lui ne cessait de grandir déjà

Sans la moindre tendresse
Sans la moindre caresse
Il poussa comme une herbe qu'on arrache au coin des rues

Il traversa l'enfance
En se doutant d'avance
Que pour s'défendre il n'aurait pas assez de ses poings nus

Aucun instituteur ne le comprit, pas même un peu
N'essaya de savoir les causes de son air malheureux
On lui disait déjà : « Vous avez tort de trop parler...
...Vous avez tort de dir' tout haut ce que vous pensez... »

La première bagarre
Le voisin qui moucharde
L'usine sale et ce travail qui les abrutissait

Le temps de la colère
Lorsque des militaires
Tirèrent sur la foul' qui défilait un premier Mai

En train d'agoniser un homme revit son passé
Dans les yeux clairs de son chien qui est mort à ses côtés

Si tout ce qui précède ne suffit à l'excuser
On y trouve pourtant l'explication de ses méfaits
Depuis qu'elle tourne mal et que la liberté s'effrite
LA SOCIÉTÉ A LES CRIMINELS QU'ELLE MÉRITE

 
 


Facebook