Paroles officielles de la chanson «Libre Dans L Oubli» : Yass

Compositeurs : Nicolas Kramer
Chanteurs : Yass
Auteurs : Yacine Nouni
Éditeurs : Lalouline Editions
Albums :

Paroles officielles de la chanson "Libre Dans L Oubli"

Sur terre nous sommes des milliers de gens a mener un combat
A regarder un nouveau jour se lever un nouveau jour d’espoir
A se lever entier tous les jours on remercie dieu
De nous laisser nous construire avec les ruines de nos sentiers
On peut faire de l’or avec du béton faut pas oublier
Ce n’est pas qu’on sort des tours de béton qu’on ne peut pas briller
J’observe la misère du monde me dit que nous le délaissons
Les exemples de l’histoire nous on rien appris comme leçon
L’égoïsme plane dans les foyers la fortune fait des envieux
Les petits dans les bariliers l’avenir est quadrillé
Pourtant les choses sont simples mais la confiance est déserte
Depuis que la réussite s’est perdue en plein désert
On avance en protégeant nos cicatrices car une nouvelle ouverture
Pourrait nous jeter en temps de crise
Prise de conscience lorsque les jours nous lie
On s’obstine à vivre dans les couloirs de l’oubli
N’ayez pas peur de la violence non non
C’est notre hobby depuis qu’on a laissé les pays pauvre vivre dans l’oubli
Soumis a l’oubli vivre dans la peine
Pendant que le monde vit dans le spectacle de la guerre
On a laissé les choses sen allé maintenant on se perd
On ne sait plus a qui parler a qui se confier ou quoi faire
La terre souffre du mot frère car ils sont partis
Nous ne sommes que des vagues fils semer dans les brouillards de l’oubli

Refrain

On en paye le pris de vivre dans la peine on arpente la vie voulant trouver des ailes
Les torrents de la vie viennent nous entraîne grâce mal grés nous
On sombre dans l’oubli

On en paye le pris de vivre dans la peine l’égoïsme l’excentrisme
Aujourd’hui nous entraînes
Aujourd’hui on se perd l’homme chute mais nous on s’entraîde
Grâce à eux on vit libre dans l’oubli

On passe notre temps a se plaindre des entailles sur nos cœurs
Car la fierté atise souvent notre labeur
On passe notre temps a se plaindre des entailles sur nos cœurs
Alors que le monde souffre de solitudes mes frères et mes sœurs
23 pige et je me demande ou est passé l’unification
Car la politique cache souvent les conflits des nations
Difficile d’y croire difficile d’adopté des situations qui te montre
Bien que personne viendra t’aider

Refrain

On en paye le pris de vivre dans la peine on arpente la vie voulant trouver des ailes
Les torrents de la vie viennent nous entraîne grâce mal grés nous
On sombre dans l’oubli

On en paye le pris de vivre dans la peine l’égoïsme l’excentrisme
Aujourd’hui nous entraînons
Aujourd’hui on se perd l’homme chute mais nous on s’entraide
Grâce à eux on vit libre dans l’oubli

Je m’appelle Mohamed je vis en irak. Ici la guerre fait des ravages
L’atrocité de mes visions m’empêche de tourner les pages
Ma famille partie dans un tourbillon de rage me parler
Pas d’amour ici sa fait longtemps qu’il a pris le large
L’occident ma oublier mais malgré sa je suis la je vie
Malgré ce qu’il m’ont dit qu’il mon pris je resterai libre dans l’oubli
Je m’appelle moussa je vis en Afrique au zaïre la dictature de mon pays
M’empêchera de vivre libre
Mon continent saigner a blanc personne nous aide ici
Le monde a peur de moi ma couleur dérange je sais il me l’ont dit
Mais l’esclavage rappel ce qu’on a subit
Malgré ce qu’il mont dit qu’il m’ont pris je reste libre dans l’oubli
Je m’appelle Karim je suis algérien y a plus de taf ici
Ma famille économise des bouts de pain pour qu’on ne manque de rien
Je rêve de la france mais elle ne veut pas de moi a cause des attentas
Qui c’est passé avec les GIA
Le bonheur ma oublier mais quoi qu’il mont dit qu’oi qu’il m’ont pris je reste libre dans
L’oubli
Je m’appelle moussa ancien tirailleur comorien tout les jours je vais a la boite aux lettres
En attente mais toujours rien
En l’absence de fond bancaire je vis dans les quartiers populaires
Sans aide de personne personne ne plaide ma cause l’impression de faire un raid
J’attend un cheque de l’état mais toujours rien aujourd’hui chui en galère
Et galère a nourrir les miens

 
 


Facebook