Paroles officielles de la chanson «Justice» : Soprano

Albums :

Paroles officielles de la chanson "Justice"

Refrain :
Je suis là, t’es où ? Je te cherche un peu partout, on me dit que t’es là mais où ?Moi je ne vois que des loups oh ohoh.
L’homme est un loup pour l’homme.
Couplet 1 :
On m’a parlé de toi, on m’a dit des tas et des tas de choses, il paraît que tu luttais et défendais un tas de causes et que tu poursuivais les bad boys de la rue gosses ou mecs âgés.
Les sales gosses qui ne pensaient qu’à palper en mode black cops toutéquipés pour charcler atroce est la vie dans les quartiers surtout quand la mort à la porte vient taper.
C’est hardcore ici tout est bâclé tu n’as plus la côte du tout je suis navré moi qui croyais que tu traquais les Madoff, les Adolf et puis tous les apartheids.
Dans la course t’es larguée plus rien ne sert de courir regarde ils le savent ils le sentent.
C’est fou même au parquet on ne voit que des sourires coupables avec des larmes innocentes réalise qu’ils ont cloué ton clapet par peur que tu ne les pénalises ces fous veulent t’écarter parce que tu fais la diff entre le flou et la clarté.
Cette époque se nourrie d’abus et puis ton absence nous porte préjudice porté disparu à la recherche de la justice.
Refrain x2
Couplet 2 :
Yeah, faudrait qu’on m’explique, je ne comprends pas, on porte les riches et les pauvres en bavent, on m’a dit les hommes naissent libres et égaux en droit, je répondsyes oui tout dépend l’endroit.
Trop d’acteurs, beaucoup de bandits qui se jouent du droit et puis se font passer pour des victimes le braqueur de la boulangerie pointe du doigt le voleur de pain au chocolat fictif.
C’est fou ce que la vie enseigne, l’inégalité entre la petite délinquance puis les grands députés.
On est pas tous logés à la même enseigne mais sur le même pied d’égalité amputé pas de limites et puis pas de pitié c’est la loi du plus fort mort à celui qui mord à l’appât on le voit dans les halls,dans les couloirs, c’est évident l’homme au pouvoir est un loup pour l’homme qui n’en a pas .
Ils sont tous obnubilés pas tous leurs dollarsau lieu de voir l’individu par la couleur de l’âme ou la couleur des larmes celle qui quand sonne le drame témoigne de la douleur de l’homme.
Cette époque se nourrie d’abus et puis ton absence nous porte préjudice porté disparu à la recherche de la justice.
Refrain x2
Pont :
Marre de voir des déboires et toutes ces œuvres inhumaines, je te cherche en perdant espoir et je ne sais plus où aller, mais où tu es ? Où tu es ?
Marre de voir des déboires et toutes ces œuvres inhumaines, je te cherche en perdant espoir et je ne sais plus où aller, mais où tu es ? Où tu es ?
Oh ohkaykay

 
 


Facebook