Paroles officielles de la chanson «La Revanche» : Severin Tezenas Du Montcel

Albums :

Paroles officielles de la chanson "La Revanche"

Sûr qu'elle a dû faire ses années lycée
Cachée derrière les platanes de cour de récré
À s'imaginer pouvoir les embrasser
Ces rebelles de la classe qu'ont fini banquiers

Comme y en avait pas un qui voulait sa bouche
Comme elle avait pas les atouts qu'ont les poufs
Elle a fait une école d'arts appliqués
Pour se persuader qu'elle était compliquée

Elle y a lu trois livres et fait trois dessins
J'me souviens qu'y en avait un qu'j'aimais bien
On gratouillait des accords en haut du manche
À transformer tous les lundis en dimanches

Comme elle est seule Elise
Perdue dans cet hôtel
Elle s'aime, elle se méprise
Comme elle est seule Elise
Et j'attends ton appel
À l'heure où tu t'épuises

Un peu boulotte , elle était rigolote
J'm'entendais bien avec son mec à l'époque
On fumait des pétards en colocation
Avant qu'elle ne décide de faire des chansons

Ça a commencé par un morceau mignon
Qu'a tout de suite fait l'effet d'une révélation
Trois minutes trente d'une innocente émotion
Qui l'ont propulsée en télévision

On était un peu jaloux évidemment
Mais dans un premier temps elle était comme avant
Puis le vent a tourné comme il fait toujours
Pour ceux qui ont peut-être trop manqué d'amour

Refrain

Maintenant qu'elle a troqué pour un blondinet
Son mec qu'avait ni la coupe ni le budget
Elle s'est trouvé un look d'artiste musicienne
Deux trois trouvailles pour nourrir les pages du Elle

Elle laisse derrière elle la Tour Eiffel
Nous laisse la ville qu'est plus à son échelle
Elle qu'est pourtant née dans un petit trou paumé
À rêver sous son Johnny Depp encadré

Refrain

Aujourd’hui y a vraiment plus rien qui l'arrête
Y a plus d'arbitre pour faire oh là dans sa tête
Tout le monde la connaît, elle ne connaît personne
Cachée derrière le p’tit surnom qu'elle se donne

Mais si elle fascine par sa réussite
Sa revanche a pris les allures d'une fuite
Et dans cet hôtel le monde semble cruel
Pour une fille aussi fragile qu'artificielle

 
 


Facebook