Facebook

 

Paroles de la chanson «6 Avril 1993» par Georgio

Bleu Noir
0 0
Chanteurs : Georgio

Paroles de la chanson «6 Avril 1993»

Insécurité, Diaby, N'Kruma, Flav, on dit quoi ? 
Putain d'XV3... pour tous les reufs au placard 
L'insécurité, j'pourrais t'en faire des albums
Même sans parler d'flics
Regarde-toi après trois-quatre verres d'alcools
De base on paraît clean
On peut s'faire peur quand on déprime
Quand le courage devient des nuages de fumée
Qu't'es rattrapé par la résine
Les addictions c'est l'enfer quand tu glisses
Fonsdé au sang du Christ, rentrer tard le soir
Croiser les crackers, les enfants d'Ibliss
Les keufs jouent les cowboys, j'les entends qui kiffent
Faire des fouilles musclées, c'est des oufs, tu sais
J'suis p't'être pas né sous la bonne étoile
Mais j'ai des principes, j'ferai pas tout pour du blé
J't'avoue qu'j'suis pour l'union, l'entr'aide, mais laisse béton
C'est la merde quand tu t'manges
Des coups d'press' dans un tiekson
Vie infecte, beaucoup trop d'frères qui manquent d'affection
Dans c'monde on est insectes
On perd son dernier quand les têtes tombent
Seul chez moi j'suis à l'ancienne, j'écoute kicker la Sexion
Aucune sécurité quand j'quitte la maison

Les émeutes, les problèmes d'identité
Année 93, période d'insécurité
22 ans plus tard, j'squatte mon plumard
Parce que peu de choses ont changé
Par chez moi, on compte toujours les décès (pop, pop)
Les émeutes, les problèmes d'identité
Année 93, période d'insécurité
22 ans plus tard, j'squatte mon plumard
Parce que peu de choses ont changé
Par chez moi, on compte toujours les décès

J'veux pas passer à côté d'ma vie
J'préfère caner dans l'feu d'l'action
J'me suis fait seul, grâce à quelques relations
On sait qu'la trahison existe, avec les autres t'es pas libre
Menotté aux principes, c'est l'coeur qui panique
Ma scolarité ferme les paupières
Beaucoup d'potos dans la colère
Un coup d'couteau dans un collège
Le silence enveloppe le cortège
L'insécurité rien qu'dans l'atmosphère
On cherche à quoi s'accrocher
Pleure des larmes salées comme l'eau de mer
Et puisqu'on est sûrs de rien, même pas de nous
Comprend qu'on fait le tour du monde, à pas de loup
Sortir de mon lit me demande des efforts inconsidérables
Le quartier méprise les lois, et le soir la police dérape
Moi j'veux pas accepter d'être rien, ni rester allonger
Ça m'fout la haine, j'pense aux miens, je pense à Makomé
Bavure policière, 6 Avril 93
Commissariat des Grandes Carrières, Paris 18ème

Les émeutes, les problèmes d'identité
Année 93, période d'insécurité
22 ans plus tard, j'squatte mon plumard
Parce que peu de choses ont changé
Par chez moi, on compte toujours les décès (pop, pop)
Les émeutes, les problèmes d'identité
Année 93, période d'insécurité
22 ans plus tard, j'squatte mon plumard
Parce que peu de choses ont changé
Par chez moi, on compte toujours les décès

 
Publié par 3465 6 1 1 le 14 novembre 2015, 22:17.
 

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

Caractères restants : 1000