Facebook

 

Paroles de la chanson «An Introduction To The Album» (avec traduction) par The Hotelier

Home, Like NoPlace Is There
0 0
Chanteurs : The Hotelier

Paroles et traduction de «An Introduction To The Album»

Open the curtains.
Singing birds tell me "tear the buildings down."
You felt blessed to receive their pleasant sound.
The sound of things that break make you cringe inside yourself.
Inside yourself there's a child counting stars in their time-out
of their day.
In the corners of their frame they are encased
in the losing of a grain of themselves
pushed against the ebb and flow.
Wave good-bye and watch it go.

Ouvre les rideaux
Des oiseaux qui chantent me disent "détruis ces édifices"
Tu mesures la chance de recevoir leur son agréable
Le son des choses qui se cassent te font sursauter intérieurement
En toi, il y a un enfant qui compte les étoiles pendant son temps libre
De la journée
Dans les coins du cadre, ils sont prisonniers
De la perte d'une partie d'eux même
Ballottée entre le flux et le reflux
Fait au revoir et regarde la s'en aller

Well show me the honest/proper way
to disarm predatory gaze
that's sucking dry and never satiated.
You've been misused
been rewired.
You're short-circuiting now.
Just remember when you'd call me to come,
take a deep breath, and then jump.
So fragile are bodies,
so concave, work in self-destructive ways.

Montre-moi la façon honnête et appropriée
Pour désarmer le regard du prédateur
Qui épuise, et qui n'est jamais rassasié
Tu as été abusé
Remplacé
Tu es court-circuité maintenant
Souviens-toi que tu m'as appelé pour venir
Prends une profonde inspiration et saute
Si fragiles sont les corps
Si concaves, travaille de façon auto-destructrice.

You shot from the hip and missed.
Detaching from all of this.
In physical pictures you remain,
spiral 'round yourself in figure-eight.
I recoil at every new beginning.

Tu as tiré de la hanche et la manqué
Détaché de tout
Tu demeures en des photos matérielles
Des spirales en huit
Rebuté à chaque nouveau commencement

I searched for a way out.
Don't we all?
An existentialist recall:
turn in all dichotomies and truths that I gave.
I felt wrong in many ways.
It didn't heal.
It just got harder everyday to be still,
to be passing through the throes
in a daze,
feeling heavy,
feeling cold in my skin,
in my hand-me-downs.
I'm wearing everything thin.
And the pills that you gave didn't do anything.
I just slept for years on end.

J'ai cherché une issue
Ne le faisons-nous pas tous?
Un rappel existentialiste
Qui tourne en des dichotomies et des vérités que j'ai révélé
Je me sens faux de bien des façons
Ça ne guérit pas
Il devient plus difficile chaque jour d'être calme
De passer au travers des affres
Étourdi
Se sentant lourd
Ayant froid
Dans mes vieux vêtements
Je porte tout ce qui est léger
Les cachets que tu m'as donnés ne font pas d'effets
J'ai dormi pendant des années

So if I call,
should I beg?
Because I'm desperate here;
a couple steps from the edge.
I can't seem to burn bright enough.
I'm cold and I'm left alone.
We're all alone.
Grab a hold.
I know I said to not. What the fuck do I know?
I had a chance to construct something beautiful and I choked

Alors si j'appelle
Devrais-je supplier?
Parce que je suis désespéré ici
A quelques pas du bord
Je n'arrive pas à sembler briller suffisamment
J'ai froid et je suis délaissé
Nous sommes tous seuls
Saisis une prise
Je sais que j'ai dit de ne pas le faire. Qu'est-ce que j'en sais?
J'ai eu la chance de construire quelque chose de beau et j'ai obstrué

 
Publié par 11528 6 3 3 le 29 janvier 2016, 10:28.
 

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

Caractères restants : 1000