Facebook

 

Paroles de la chanson «Jai Mata Kali Jai Mata Durge!» (avec traduction) par Nina Hagen

Om Namah Shivay
0 0
Chanteurs : Nina Hagen

Paroles et traduction de «Jai Mata Kali Jai Mata Durge!»


Prie pour Mère Kâlî - Prie pour Mère Durgâ!

kali durge,namo namah
Kâlî - Durgâ, prosternation devant l’honorable
kali durge,namo namah
Kâlî - Durgâ, prosternation devant l’honorable

jai mata kali,jai mata durge
Prie pour Mère Kâlî - Prie pour Mère Durgâ
jai mata kali,jai mata durge
Prie pour Mère Kâlî - Prie pour Mère Durgâ

kali durge,namo namah
Kâlî - Durgâ, prosternation devant l’honorable
kali durge,namo namah
Kâlî - Durgâ, prosternation devant l’honorable
— x 3 —

jai mata kali,jai mata durge
Prie pour Mère Kâlî - Prie pour Mère Durgâ
jai mata kali,jai mata durge
Prie pour Mère Kâlî - Prie pour Mère Durgâ

kali durge,namo namah
Kâlî - Durgâ, prosternation devant l’honorable
kali durge,namo namah
Kâlî - Durgâ, prosternation devant l’honorable
— x 3 —

jai mata kali,jai mata durge
Prie pour Mère Kâlî - Prie pour Mère Durgâ
jai mata kali,jai mata durge
Prie pour Mère Kâlî - Prie pour Mère Durgâ

kali durge,namo namah
Kâlî - Durgâ, prosternation devant l’honorable
kali durge,namo namah
Kâlî - Durgâ, prosternation devant l’honorable
— x 3 —

jai mata kali,jai mata durge
Prie pour Mère Kâlî - Prie pour Mère Durgâ
jai mata kali,jai mata durge
Prie pour Mère Kâlî - Prie pour Mère Durgâ

kali durge,namo namah
Kâlî - Durgâ, prosternation devant l’honorable
kali durge,namo namah
Kâlî - Durgâ, prosternation devant l’honorable
— x 3 —

jai mata kali,jai mata durge
Prie pour Mère Kâlî - Prie pour Mère Durgâ
jai mata kali,jai mata durge
Prie pour Mère Kâlî - Prie pour Mère Durgâ

kali durge,namo namah
Kâlî - Durgâ, prosternation devant l’honorable
kali durge,namo namah
Kâlî - Durgâ, prosternation devant l’honorable
— x 3 —

jai mata kali,jai mata durge
Prie pour Mère Kâlî - Prie pour Mère Durgâ
jai mata kali,jai mata durge
Prie pour Mère Kâlî - Prie pour Mère Durgâ

kali durge,namo namah
Kâlî - Durgâ, prosternation devant l’honorable
kali durge,namo namah
Kâlî - Durgâ, prosternation devant l’honorable

__________

Mantra destiné aux Déesses Mères Kâlî & Durgâ, toutes deux épithètes de Pārvatī, parèdres de Shiva, et "shakti" (ce mot désigne l'énergie féminine, le principe actif et extériorisé d'une divinité masculine). Durgâ est blanche et représente l'Absolu impersonnel, Kâlî est noire et représente le pouvoir destructeur du Temps, l'une équivaut l'autre et inversement, ce qui les rend à la fois opposées et complémentaires.

Loin dans la nuit des temps, le démon Mahîshâsura avait envahi les cieux, massacrant les dieux. Comme à chaque fois dans ces cas-là, ils allèrent trouver les trois puissances de la Trimoûrti : Brahmâ, Vishnu et Shiva. Alors qu'ils réfléchissaient pour trouver une issue, une terrible tempête éclata. Des éclairs zébraient le ciel, un feu intense se dégagea. Les flammes prirent la forme d'une jeune femme de toute beauté. Tous les dieux la dotèrent de pouvoir, la pourvoyant en armes plus puissantes les unes que les autres : Shiva lui donna son trident, Vishnu son disque, Indra son vajra, l'éléphant blanc Airavata de celui-ci sa cloche ghanta, etc. Lakshmi la conseille quand elle s'incarne. Son apparence humaine est passagère. Elle prend souvent l'apparence d'une lionne.

Elle plut à Mahîshâsura qui voulut l'épouser. Elle lui dit que s'il la battait au combat, il aurait ce qu'il désirait. Le démon envoya ses armées, qu'elle vainquit avec l'aide de Kâlî. Kâlî dut boire tout leur sang pour nous sauver car si une seule goutte en était tombée au sol, les Démons se seraient multipliés. Fière de sa réussite, Kâlî commença une danse puissante où elle laissa éclater sa joie de les avoir vaincus. Les différents mondes (Loka) commencèrent à trembler et à bouger sous l'impact de cette danse. À la requête de tous les Dieux, Shiva demanda à la Déesse d'arrêter, mais elle était trop emportée par son énergie pour pouvoir l'entendre. Alors, Shiva se coucha comme un cadavre parmi les démons que la Déesse avait exterminés, afin que le choc de la danse soit amorti par son propre corps. Quand Kâlî marcha sur le corps de son époux, elle comprit son erreur et, de honte, se mordit la langue.

 
Publié par 11512 7 3 3 le 9 février 2016, 19:23.
 

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

Caractères restants : 1000