Facebook

 

Paroles de la chanson «Des Alten Kriegers Seelenruh'» (avec traduction) par Nargaroth

Nargaroth
0 0
Chanteurs : Nargaroth
Albums : Herbstlyed
Voir tous les clips Nargaroth

Paroles et traduction de «Des Alten Kriegers Seelenruh'»

Des Alten Kriegers Seelenruh' (L'âme En Paix Du Vieux Soldat)

Wo die Feuer tanzend malen,
Ou le feu dansant peint
In den Wolken droben endloss weit.
Dans les hauts et lointain nuages sans fin
Wo der Mond des Nachts kalt leuchtet,
Ou la lune éclaire froidement la nuit
Wirft der Berge Schatten in des Winters Kleid.
Et la montagne jette son ombre dans le vêtement hivernal

Wo Dämonen im Schneekleid jagen,
Ou les démons chassent dans des vêtements d'hiver
Lustergüsse meine Seel' erquicken.
Des effusions revigorent mon âme
Mein Leib von Elfen wird getragen,
Mon corps sera porté par des elfes
In eis'ge Weiten lasset mich blicken.
Laissez moi voir le lointain glacé

Eisige Gebirge schlafen in meinem Blick,
Les monts gelés dorment dans mon regard
Am Rande tiefer Wälder ich stehe.
Je reste à la lisière des plus profondes forêts
Der frostige Gesang des nackten Windes,
Le chant glaçant du vent nu,
Ist alles was ich je gehört.
Est tout ce dont j'ai besoin

Und unter Türmen welche einst erstürmt,
Et sous les amoncellements, jadis emportés
Lieg ich nun und blicke ins Tal.
Je gis maintenant et regarde dans la vallée
Und Kreationen aus Eis betrachtend,
En contemplant les créations de la glace,
Warte ich auf den Sonnenfall.
J'attends la chute du soleil

In den Bergen schlafen Kinder,
Dans les monts dorment les enfants
Die zu finden nicht erlaubt.
Qui n'ont pas la permission de trouver
Und rastlos sucht der blinde Finder,
Et infatigablement cherche l'inventeur aveugle
Seiner Kindheit längst beraubt.
Privé de son enfance depuis longtemps

Die greise Hand den Schnee zermürbt,
La vieille main usé par la neige
Sein Auge sucht zu tiefst bewegt,
Son oeil cherche a se déplacer profondément
Er als die Sonne rot erstirbt,
Il meurt rouge, comme le soleil
Sich zu den Kindern schlafen legt.
Se couche, quand les enfants dorment

Sie haben geschrien, als mein Schwert
Ils ont crié, quand mon épée
Ihre Föten erschlug, geschrien durch
A abattu vos foetus, crié à travers
Den Hass den ich in meinen Augen trug.
La haine que je portais dans mes yeux

Ein Sturm zieht auf...
Une tempête se lève…….

 
Publié par 8445 5 3 3 le 30 novembre 2004, 16:38.
 

Chansons similaires

Aucun résultat

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

Caractères restants : 1000