Facebook

 

Paroles de la chanson «Mediterráneo» (avec traduction) par Joan Manuel Serrat

Mediterráneo (1971)
0 0
Chanteurs : Joan Manuel Serrat
Albums : Mediterráneo
Voir tous les clips Joan Manuel Serrat

Paroles et traduction de «Mediterráneo»

Mediterráneo (Mediterranée)

Joan Manuel Serrat signe ici une ode à la mer Mediterranée et à ses peuples, avec tout ce que cela implique comme culture, traditions et attachement affectif.

Quizá porque mi niñez
Peut-être parce que mon enfance
Sigue jugando en tu playa,
Joue encore sur ta plage,
Y escondido tras las cañas
Et caché derrière les joncs
Duerme mi primer amor.
Dort mon premier amour.

Llevo tu luz y tu olor
Je porte ta lumière et ton odeur
Por donde quiera que vaya,
N'importe où, où que j'aille,
Y amontonado en tu arena
Et entassé dans ton sable
Guardo amor, juegos y penas.
Je garde (les souvenirs de) l'amour, les jeux et les peines.

Yo,
Moi,
Que en la piel tengo el sabor
Qui a dans la peau ton goût
Amargo del llanto eterno,
Amère des pleurs éternels
Que han vertido en ti cien pueblos
Qu'ont versé en toi cent peuples
De Algeciras a Estambul,
D'Algésiras à Istambul,
Para que pintes de azul
Pour que tu peignes de bleu
Sus largas noches de invierno.
Leurs longues nuits d'Hiver.

A fuerza de desventuras,
A force de mésavantures
Tu alma es profunda y oscura.
Ton âme est profonde et sombre.
A tus atardeceres rojos
A tes rouges crépuscules
Se acostumbraron mis ojos
Mes yeux se sont habitués
Como el recodo al camino...
Comme le virage au chemin...

Soy cantor, soy embustero,
Je suis chanteur, je suis menteur,
Me gusta el juego y el vino,
J'aime les jeux et le vin,
Tengo alma de marinero...
J'ai l'âme d'un marin...

¿Qué le voy a hacer, si yo
Qu'est-ce qui j'y peu si moi
Nací en el Mediterráneo ?
Je suis né en Mediterranée ?

Y te acercas, y te vas
Et tu t'approches, et tu t'en vas
Después de besar mi aldea.
Après avoir embrassé mon village.
Jugando con la marea
Jouant avec la marée
Te vas, pensando en volver.
Tu t'en vas, pensant à quand tu reviendras.

Eres como una mujer
Tu es comme une femme
Perfumadita de brea
Toute parfumée de goudron
Que se añora y que se quiere
Qui s'ignore et qui s'aime
Que se conoce y se teme.
Qui sont connaît et qui se craint.

Ay...
Oh...
Si un día para mi mal
Si un jour pour mon malheur
Viene a buscarme la parca**.
La Parque vient me chercher,
Empujad al mar mi barca
Poussez mon bâteau à la mer
Con un levante otoñal
Avec une brise automnale
Y dejad que el temporal
Et laissez que la tempête
Desguace sus alas blancas.
Detruise ses ailes blanches.

Y a mí enterradme sin duelo
Et moi, enterrez-moi sans deuil
Entrela playa y el cielo...
Entre la plage et le ciel...
En la ladera de un monte,
Sur la pente d'une coline,
Más alto que el horizonte.
Plus haut que l'horizon.
Quiero tener buena vista.
Je veux une bonne vue.

Mi cuerpo será camino,
Mon corps sera chemin,
Ledaré verde a los pinos
Je donnerai du vert aux Pins
Y amarillo a la genista...
Et du jaune au Genêt...

Cerca del mar. . Porque yo
Près de la mer. . Parce que moi
Nací en el Mediterráneo...
Je suis né en Mediterranée...

brea : goudron que l'on pose sur les bâteux pour les rendre étanches.

Les Parques : divinités maîtresses du sort des hommes.

 
Publié par 5522 6 2 2 le 27 novembre 2006, 22:40.
 

Vos commentaires

Jmsivry Il y a 2 an(s) 9 mois à 19:14
661 3 1 Jmsivry Bonjour, Merci pour cette traduction. Il se pourrait qu'il y ait un contresens avec le verbe añorar (aspirer). Pour ces deux vers : "Que se añora y que se quiere Que se conoce y se teme." je proposerais la traduction suivante : "Qui se respire et se désire Qui est connue et redoutée." (commentaire de Jean-Michel Sivry)
Caractères restants : 1000