Facebook

 

Paroles de la chanson «L'effet Néant» (avec traduction) par Freedom For King Kong

Issue De Ce Corps (2006)
0 0
Chanteurs : Freedom For King Kong

Paroles et traduction de «L'effet Néant»

L'effet Néant (L'effet Néant)

YW

Tout se passait bien jusqu'au moment

Où ils prirent cette décision.

Il était plus que temps

Que je fasse une apparition.

Onze mois à me prélasser

Dans le ventre de ma mère,

Qui bien sûr était lassée

De cette lamentable affaire.

Premier effort accompli

J'adoptai comme philosophie

De toujours remettre au lendemain

Ce qui peut être fait aujourd'hui,

De proscrire à tout jamais

De ma vie les réveils matins,

Torture qui devrait,

Depuis longtemps, être abolie.

Je suis le roi des fainéants,

L'empereur des inactifs,

Le baron des nonchalants,

Le prince des oisifs.

Faut toujours qu' on m'pousse,

Même pour me les tourner,

Ce qui me fout la frousse ?

Ne plus être un ramier.

Je suis le pape des vauriens,

L'évèque des parasites,

Le seigneur des gredins,

L'auguste jean-foutiste.

Faut toujours qu'on m'pousse,

Même pour me les tourner,

Ce qui me fout la frousse ?

Ne plus être un ramier.

La rencontre était inévitable

De mon pire ennemi.

Il prit la forme d'un cartable

Comme piètre panoplie.

Ca ne me disait rien qui vaille.

J'avais raison d'me méfier.

Il n'y a vraiment que le travail

Pour être si mal déguisé.

Depuis sans cesse je le fuis

Aux quatres coins de mon monde,

En restant caché au lit

Afin qu'il ne me confonde.

Je ne veux pas qu' il m'aliène

A la Sigourney Weaver.

Qu'aucune place il ne tienne

Au sein de mes moeurs.

Je suis le roi des fainéants,

L'empereur des inactifs,

Le baron des nonchalants,

Le prince des oisifs.

Faut toujours qu' on m'pousse,

Même pour me les tourner,

Ce qui me fout la frousse ?

Ne plus être un ramier.

Je suis le pape des vauriens,

L'évèque des parasites,

Le seigneur des gredins,

L'auguste jean-foutiste.

Faut toujours qu'on m'pousse,

Même pour me les tourner,

Ce qui me fout la frousse ?

Ne plus être un ramier.

Mais les belles histoires

Fatalement se corsent,

Tant les gens sont féroces

Avec les pauvres loirs.

Ainsi fusent les critiques,

Moralistes au possible,

Sortes de gros fusibles

De leurs regrets sabbatiques.

Antechrist du travail

N'est pas un boulot d'singe,

Il en faut des méninges

Pour signer un long bail.

Je suis le roi des fainéants,

L'empereur des inactifs,

Le baron des nonchalants,

Le prince des oisifs.

Faut toujours qu' on m'pousse,

Même pour me les tourner,

Ce qui me fout la frousse ?

Ne plus être un ramier.

Je suis le pape des vauriens,

L'évèque des parasites,

Le seigneur des gredins,

L'auguste jean-foutiste.

Faut toujours qu'on m'pousse,

Même pour me les tourner,

Ce qui me fout la frousse ?

Ne plus être un ramier.

J'suis le roi fainéants, le baron des nonchalants,

L'empereur des inactifs, le baron des nonchalants,

Le prince des oisifs.

 
Publié par 14402 5 4 3 le 9 juillet 2007, 16:58.
 

Chansons similaires

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

Caractères restants : 1000