Facebook

 

Paroles de la chanson «Pépètes» (avec traduction) par Java

Java
0 0
Chanteurs : Java
Albums : Hawaï

Paroles et traduction de «Pépètes»

Pépètes (Pépètes)

La chanson parle, en apparence, de ce garçon qui est tombé amoureux d'une fille qui n'avait rien des filles dont on peu tomber amoureux.
C'est d'ailleurs plus de ce genre de femmes que parle la chanson
Toutes ces femmes font rêver mais dans l'fond y'a rien
Ces femmes dont tout le monde tombe amoureux ; qui nous aveuglent, qui nous rendent fous, mais dont le pouvoir n'est que là. C'est leur arme, et elles en font leur vie. Elles ne connaissent pas les sentiments, ou trop, peut-être, pour savoir les manipuler chez les autres, et être les maîtresses de leurs mondes ; mener les hommes par le bout du nez ; beauté, richesse...
Et cet homme, qui s'est laissé avoir, souffre, comme tant sûrement avant lui, et après lui, d'aimer quelqu'un qui ne peut pas aimer, ne sait pas. Et dans cette absence de sentiments, pourtant, le dernier couplet se termine sur :
Mais t'es plus qu'jamais malheureuse comme les blés...
Peut-être alors quand elle s'aperçoit que personne ne l'aime pour ce qu'elle est...

J'étais encore un enfant quand on s'est rencontré,
J'étais encore un enfant quand on s'est rencontré,
J'ai mis mon adolescence à comprendre combien j't'aimais.
J'ai mis mon adolescence à comprendre combien j't'aimais.
Le jour où j't'ai roulé ma première galoche,
Le jour où j't'ai roulé ma première galoche,
Tu m'as tapé dans l'oeil avant qu'j't'ai dans la poche.
Tu m'as tapé dans l'oeil avant qu'j't'ai dans la poche.

Depuis ma vie s'résume à une course poursuite ;
Depuis ma vie s'résume à une course poursuite ;
Chaque fois qu'je tente de t'effleurer, dis moi pourquoi tu prends la fuite ?
Chaque fois qu'je tente de t'effleurer, dis moi pourquoi tu prends la fuite ?
Avec l'argent, ça va, ça vient,
Avec l'argent, ça va, ça vient,
Sans argent j'suis un vaurien,
Sans argent j'suis un vaurien,
En avoir pour son argent j'aimerais tant,
En avoir pour son argent j'aimerais tant,
D'ailleurs le temps c'est de l'argent,
D'ailleurs le temps c'est de l'argent,
Du chagrin, j'en ai gros sur la patate ;
Du chagrin, j'en ai gros sur la patate ;
J'croque de l'argent sauf quand tu craques,
J'croque de l'argent sauf quand tu craques,
J'ai les bourses qui s'rétractent ;
J'ai les bourses qui s'rétractent ;
Ta courbe croissante m'enchante,
Ta courbe croissante m'enchante,
Mais ta chute de reins me donne des vertiges et des crampes.
Mais ta chute de reins me donne des vertiges et des crampes.

T'es la personne la plus ouverte ; tu connais pas d'frontière,
T'es la personne la plus ouverte ; tu connais pas d'frontière,
Tu parles toutes les langues et sait briser les barrières,
Tu parles toutes les langues et sait briser les barrières,
Snob, la pauvreté te fait horreur ;
Snob, la pauvreté te fait horreur ;
Je t'offrirai tous les parfums, toi qui n'a pas d'odeur...
Je t'offrirai tous les parfums, toi qui n'a pas d'odeur...

Tu n'fais pas l'bonheur, procure du plaisir,
Tu n'fais pas l'bonheur, procure du plaisir,
Et plus j'te désire, et plus tu m'fais courrir.
Et plus j'te désire, et plus tu m'fais courrir.
J'te tire mon chapeau et tu m en fais baver des ronds d'pièces ;
J'te tire mon chapeau et tu m en fais baver des ronds d'pièces ;
Je t'aime autant qu'j'te déteste...
Je t'aime autant qu'j'te déteste...

(Refrain : ) (x2)
(Refrain : ) (x2)
T'es fraiche et bien roulée, Pépètes,
T'es fraiche et bien roulée, Pépètes,
Tout l'monde te court après, et j'arrive toujours le dernier ;
Tout l'monde te court après, et j'arrive toujours le dernier ;
Tu m'fais tourner la tête,
Tu m'fais tourner la tête,
Arrête de jouer à cache cache ou j'finirai par te coffrer.
Arrête de jouer à cache cache ou j'finirai par te coffrer.

Arrete, j'suis franc, j'en veux pas qu'à ton écu poupée,
Arrete, j'suis franc, j'en veux pas qu'à ton écu poupée,
Mais quand apprendras-tu à te poser ?
Mais quand apprendras-tu à te poser ?

Ne me quitte pas,
Ne me quitte pas,
Il est paraît-il des placements fertiles
Il est paraît-il des placements fertiles
Donnant plus de blé qu'un meilleur avril ;
Donnant plus de blé qu'un meilleur avril ;
Je f'rai un domaine où tu seras reine, où tu seras loi
Je f'rai un domaine où tu seras reine, où tu seras loi
Et même, si ce domaine existe déjà ;
Et même, si ce domaine existe déjà ;
Imprévisible,
Imprévisible,
Soudain visible ;
Soudain visible ;
D'autres t'ont pris pour cible,
D'autres t'ont pris pour cible,
Revient dans mes bras ;
Revient dans mes bras ;
Pour toi je serai crédible.
Pour toi je serai crédible.

Au bal je t'ai invitée à ma table,
Au bal je t'ai invitée à ma table,
Et tu m'as snobé pour aller danser avec un notable.
Et tu m'as snobé pour aller danser avec un notable.
Pendant qu'j'me faisais biaiser,
Pendant qu'j'me faisais biaiser,
D'autres avait déjà appris à savoir léser...
D'autres avait déjà appris à savoir léser...

Au début j'étais rongé par la jalousie,
Au début j'étais rongé par la jalousie,
Et puis, j'ai bien vite compris qu'tu n'frais jamais le bonheur d'autrui ;
Et puis, j'ai bien vite compris qu'tu n'frais jamais le bonheur d'autrui ;
Toutes ces femmes font rêver mais dans l'fond y'a rien ;
Toutes ces femmes font rêver mais dans l'fond y'a rien ;
Impalpable liquide, tu fonds dans leurs mains.
Impalpable liquide, tu fonds dans leurs mains.
A peine ils tombent, tu lorgnes déjà sur les voisins ;
A peine ils tombent, tu lorgnes déjà sur les voisins ;
Tu les rends possessifs, jaloux, radins et mesquins.
Tu les rends possessifs, jaloux, radins et mesquins.

T'es partie à la conquête du monde entier,
T'es partie à la conquête du monde entier,
Et le monde entier a succombé à tes charmes de papiers ;
Et le monde entier a succombé à tes charmes de papiers ;
Aujourd'hui le monde entier est à tes pieds
Aujourd'hui le monde entier est à tes pieds
Mais t'es plus qu'jamais malheureuse comme les blés...
Mais t'es plus qu'jamais malheureuse comme les blés...

(Refrain (bis) : ) (x3)
(Refrain (bis) : ) (x3)
T'étais fraiche et bien roulée Pépètes,
T'étais fraiche et bien roulée Pépètes,
Maintenant t'es fade et fardée.
Maintenant t'es fade et fardée.
Tu donnes le bras à des riches, Pépètes, mais t'es
Tu donnes le bras à des riches, Pépètes, mais t'es
Malheureuse comme les blés...
Malheureuse comme les blés...

T'étais fraiche et bien roulée Pépètes,
T'étais fraiche et bien roulée Pépètes,
Maintenant t'es fade et fardée.
Maintenant t'es fade et fardée.
T'as eu tous les hommes à tes pieds ;
T'as eu tous les hommes à tes pieds ;
Mais l'seul amant qu'il te manquait, c'est la liberté...
Mais l'seul amant qu'il te manquait, c'est la liberté...

[Merci à Kevin pour l'explication du «toi = argent»]
[Merci à Kevin pour l'explication du «toi = argent»]

 
Publié par 12655 7 4 4 le 23 novembre 2008, 01:33.
 

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

Caractères restants : 1000