Facebook

 

Paroles de la chanson «Fin Septembre» (avec traduction) par Debout Sur Le Zinc

De Charybde En Scylla (2008)
0 0
Chanteurs : Debout Sur Le Zinc

Paroles et traduction de «Fin Septembre»

Fin Septembre (Fin septembre)

Bon, j'ai du mal à décrypter la chanson, mais je crois ne pas trop me tromper si je dis ce qui suit...
L'homme est en prison. Il regarde au dehors et voit l'horizon, la vie, les oiseaux (symboles de liberté), le ruisseau qui va à travers les terres, coulant vers la mer. Ce soir, il pourra se laisser aller à rêver de liberté, sortir de cet endroit ; car c'est tout ce qui lui reste désormais, les rêves, les espoirs, les peut-être...
Il repense à son passé, il revoit son amour délaissé, il ressent sa tristesse, et repense aux jours où il vivait avec elle, ou tout était, finalement, mieux. Pourquoi a-t-il tout quitté ? Tout abandonné ? Maintenant qu'il est là, privé de toute liberté, il se rend compte combien sa vie avant était si belle, si douce, si parfaite. Cette vie qu'il a détesté, finalement, il ne savait pas combien elle comptait.
Alors il continue à rêver, à espérer, chaque soir en allant se coucher, et peut-être que demain...

(Le doute est sur le fait que l'homme soit en prison. Il se peut que ce soit une allégorie de la prison que s'est créée l'homme lui-même dans une nouvelle vie qu'il s'est peut-être choisie pour quitter son ancienne vie. Mais tout ne colle pas, aussi j'ai choisi cette interprétation. )

Dehors, derrière mes barreaux,
Dehors, derrière mes barreaux,
J'ai vu cent mille oiseaux,
J'ai vu cent mille oiseaux,
Quitter les roselières
Quitter les roselières
Pour gagner le désert.
Pour gagner le désert.
On est fin septembre,
On est fin septembre,
Le froid se fait attendre.
Le froid se fait attendre.

Dehors, derrière mes barreaux,
Dehors, derrière mes barreaux,
J'entends l'eau d'un ruisseau,
J'entends l'eau d'un ruisseau,
Fredonnant des croisières,
Fredonnant des croisières,
Des montagnes à la mer.
Des montagnes à la mer.
On est fin septembre,
On est fin septembre,
Le froid se fait attendre.
Le froid se fait attendre.

Je me chante souvent
Je me chante souvent
Que la vie n'a qu'un temps,
Que la vie n'a qu'un temps,
Qu'on s'épuise à la vivre,
Qu'on s'épuise à la vivre,
Qu'on s'épuise à survivre ;
Qu'on s'épuise à survivre ;
Je me chante parfois
Je me chante parfois
Dans un regain de foi,
Dans un regain de foi,
Songeant à l'au-delà,
Songeant à l'au-delà,
Qu'il y a une place pour moi.
Qu'il y a une place pour moi.
On est fin septembre,
On est fin septembre,
Le froid se fait attendre.
Le froid se fait attendre.

Mais ce soir, je laisserai s'envoler
Mais ce soir, je laisserai s'envoler
Mes rêves de liberté ;
Mes rêves de liberté ;
Cent mille espoirs inavoués.
Cent mille espoirs inavoués.
Et pour une fois, ce soir, je quitterai ma fenêtre
Et pour une fois, ce soir, je quitterai ma fenêtre
Pour aller me coucher, et rêver de peut-être ;
Pour aller me coucher, et rêver de peut-être ;
Et rêver de peut-être : ma seule liberté.
Et rêver de peut-être : ma seule liberté.

Dehors, derrière l'horizon,
Dehors, derrière l'horizon,
Je revois ma maison,
Je revois ma maison,
Colorée de soleil
Colorée de soleil
Et parfumée de miel.
Et parfumée de miel.
On est fin septembre,
On est fin septembre,
Le froid se fait attendre.
Le froid se fait attendre.

Dehors, derrière l'horizon
Dehors, derrière l'horizon
J'entends pleurer mon nom,
J'entends pleurer mon nom,
Et perler sur ma couche
Et perler sur ma couche
Les sanglots de ma douce.
Les sanglots de ma douce.
On est fin septembre,
On est fin septembre,
Le froid se fait attendre.
Le froid se fait attendre.

Je revois mon foyer
Je revois mon foyer
Plein d'amour délaissé ;
Plein d'amour délaissé ;
Les jours où j'l'ai maudit,
Les jours où j'l'ai maudit,
Rêvant d'un autre paradis.
Rêvant d'un autre paradis.
Mais aujourd'hui mon Éden,
Mais aujourd'hui mon Éden,
Reforgé par ma peine,
Reforgé par ma peine,
L'accueille en son coeur,
L'accueille en son coeur,
Plus près de mon coeur.
Plus près de mon coeur.
On est fin septembre,
On est fin septembre,
Le froid se fait attendre.
Le froid se fait attendre.

Et ce soir, je laisserai s'envoler
Et ce soir, je laisserai s'envoler
Mes rêves de liberté ;
Mes rêves de liberté ;
Cent mille espoirs inavoués.
Cent mille espoirs inavoués.
Peut-être qu'en chemin,
Peut-être qu'en chemin,
Ils s'uniront aux possible
Ils s'uniront aux possible
Et que demain...
Et que demain...
Et que demain...
Et que demain...

Dehors, derrière mes barreaux,
Dehors, derrière mes barreaux,
J'ai vu cent mille oiseaux,
J'ai vu cent mille oiseaux,
Quitter les roselières
Quitter les roselières
Pour gagner le désert.
Pour gagner le désert.

 
Publié par 12655 7 4 4 le 11 décembre 2008, 19:44.
 

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

Caractères restants : 1000