Facebook

 

Paroles de la chanson «Cruza La Frontera» (avec traduction) par Brujeria

Matando Gueros
0 0
Chanteurs : Brujeria

Paroles et traduction de «Cruza La Frontera»

Cruza La Frontera (Traverse La Frontière)

Alambristas, mojados, tijuaneros
Cansados del campo, obreros de mota
Familias pobres buscan oro
De los estados unidos

Les funambules, mouillés, Tijuanais
Fatigués du camp, ouvriers du grain
Les familles pauvres cherchent de l'or
Aux Etats Unis

Un morral roto, calzones zurrados,
Verga en mano, vete sin duda pendejo
Pa trabajar pa un chino o judio
Te pagan con tacos de sobaco,
Babaso vete al norte
Cruza la frontera, cruza la frontera

Une brute déguenillée, qui a fait dans sa culotte,
La bite à la main, te voit sans aucun doute connard
Pour travailler pour un Chinois ou un Juif
Ils te payent avec des tacos d'aisselle
Le blanc-bec te voit au nord
Traverser la frontière, traverser la frontière

En la noche te vas con tus huaraches viejos
Traete pinzas, nada el rio
En la cajuela de mi carro
No pagas el coyote, son pinches rateros
Te dejan perdidos, te chinga la migra
Te cuida mas satanas
Cruza la frontera, cruza la frontera

Dans la nuit tu t'en vas avec tes vieilles sandales
Il t'amène les pinces, rien d'autre le Rio
Dans la malle de mon chariot
Ne paye pas le passeur, ce sont de satanés voleurs
Ils te laissent perdu, te ramènent la police des frontières
Satan prend plus soin de toi
Traverse la frontière, traverse la frontière

Correle buey hay viene la migra
Gueros gordos huevones
No te alcanzan a pie
Correle esa troca te aplasta
Echate mierda para que no te huelan los perros,
Calles de oro te esperan
O la verga de la migra te pica
calles de oro te esperan

Fais courir les boeufs il y a l'immigration qui vient
Les gros cons de blancs ne te rattrapent pas à pied
Poursuis-le cet échange te décontenance
Jette-toi dans la merde pour que les chiens ne te flairent pas
Les rues d'or t'attendent
Ou la verge de l'immigration te pique
Les rues d'or t'attendent

Le Río Grande est un fleuve long de 3 037 km qui prend sa source dans le Colorado et sert de frontière naturelle entre le Mexique et les États-Unis. Le Río Grande est le point de passage pour de nombreux émigrants mexicains qui essaient de trouver de meilleures conditions de vie aux États-Unis. Ces clandestins sont surnommés espaldas mojadas en espagnol (comme on le retrouve dès le début du texte) et wetbacks en anglais, ces deux expressions signifient dos mouillé, ou encore alambristas (funambules) qui désignent ceux qui passent le mur.

 
Publié par 8865 5 3 2 le 8 octobre 2012, 10:47.
 

Chansons similaires

Aucun résultat

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

Caractères restants : 1000