Facebook

 

Paroles de la chanson «Dans ces moments là» (avec traduction) par Patrick Bruel

Lequel De Nous
1 0
Chanteurs : Patrick Bruel
Voir tous les clips Patrick Bruel

Paroles et traduction de «Dans ces moments là»

J'essayais d'écrire un discours
Marion fermait la grande maison
Manu râlait comme toujours
Les autres fumaient sur le balcon

Marco et François en costard
Evelyne et Gégé en retard
Pascale en larmes au coin de la rue
Je suis venu dès que j'ai su

Qu'est ce qu'on dit dans ces moments là
On s'embrasse on n'sait pas
Les mots sont tellement dérisoires

Qu'est ce qu'on fait de nos souvenirs
Nos larmes et nos fous rires
Quand part un peu de notre histoire

Une chambre bleue, 16 ans à peine
Ta première fois ... Qu'elle était belle
Nos éclats de rire dans le couloir
Tellement jaloux fallait nous voir

Les parties d'échecs, les moustiques
Nos grandes engueulades politiques
Vos regard noirs pour me faire taire
J'allais trop loin avec ton père

Q'est ce qu'on dit dans ces moments là
On se serre dans les bras
On baisse les yeux comme des enfants

Il aurait voulu qu'on se marre
Que je prenne ma guitare
Et que tout l'monde chante comme avant

Cette mélodie de Sanson
Une drôle de vie, un frisson
Juste quelques notes d'adolescence
Comme des enfants qui s'avancent
C'est dingue c'qu'ils te ressemblent

On se retrouve en file indienne
A jeter d'la terre sur nos larmes
Même si tu t'es trompé d'adresse
On est tous là au rendez-vous

Et puis envie de voir la mer
Faire la route à l'envers
Vers le café de nos promesses
A Cadaquès

Marion m'a regardé
J'ai souri à Marco
Laurence a hésité
Paul a dit oui
Caro m'a j'té les clefs
On était déjà dans l'auto
Quatre, trois, deux, un, zéro

Il aurait voulu une fanfare
Que la voiture démarre
Surtout qu'on roule à perte de vue

Qu'est ce qu'on chante dans ces moments là
Même si le cœur n'y est pas
On suivra cette route
Qui continue...

Une très belle chanson qui comporte de nombreuses similitudes avec Place des grands hommes, où l'on retrouve le même groupe d'amis. C'est une chanson autobiographique qui exprime la situation de la perte d'un ami.

Bruel apprend les décès d'un des ses amis et rejoint les autres pour supporter cette épreuve ensemble : Je suis venu dès que j'ai su
Le refrain reflète cette envie contradictoire que l'on a de vouloir parler, dire quelque chose, mais rien ne convient à la situation : Les mots sont tellement dérisoires

Les souvenirs surgissent et resurgissent dans la deuxième partie de la chanson, mais sans qu'il ne puisse les exprimer à haute voix, sans qu'il ne puisse les faire partager..

Dans la troisième partie de la chanson, il commence par évoquer le fait que leur ami préférerait les voir être heureux, les voir s'amuser malgré les circonstances : Il aurait voulu qu'on se marre
Puis la douloureuse nostalgie pour ce qu'ils ont vécu ensemble : Et que tout l'monde chante comme avant

Ensuite, il revient sur eux, le groupe d'amis. La métaphore de l'enterrement est magnifique: On se retrouve en file indienne
A jeter d'la terre sur nos larmes

Et la preuve que l'amitié est plus forte que la mort : Même si tu t'es trompé d'adresse
On est tous là au rendez-vous

Enfin, les amisn pour rendre hommage au défunt, décide de partir, comme il l'aurait désiré Il aurait voulu une fanfare
Que la voiture démarre
Surtout qu'on roule à perte de vue

La chanson se termine par la métaphore de la vie, marqué par le chagrin, ils ont perdu une part d'eux même mais continue à vivre : Même si le cœur n'y est pas
On suivra cette route
Qui continue...

 
Publié par 1281 5 2 le 23 septembre 2013, 00:33.
 

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

Caractères restants : 1000