Facebook

 

Paroles de la chanson «Les Belles ÉtrangĂšres» par Jean Ferrat

Les belles Ă©trangĂšres
Qui vont aux corridas
Et qui se pĂąment d'aise
Devant la muleta
Les belles Ă©trangĂšres
Sous leur chapeau huppé
Ont le teint qui s'altĂšre
A l'heure de l'épée

Allons, laissez-moi rire
On chasse on tue on mange
On taille dans le cuir
Des chaussures, on s'arrange
Et dans les abattoirs
OĂč l'on traĂźne les bœufs
La mort ne vaut guĂšre mieux
Qu'aux arĂšnes le soir

Les belles Ă©trangĂšres
Quand montent les clameurs
Se lĂšvent les premiĂšres
En se tenant le cœur
Les belles Ă©trangĂšres
Se jurent Ă  jamais
De chasser Ordóñez
De leurs rĂȘves secrets

Allons laissez-moi rire
Quand le toro s'avance
Ce n'est pas par plaisir
Que le torero danse
C'est que l'Espagne a trop
D'enfants pour les nourrir
Qu'il faut parfois choisir
La faim ou le toro

Les belles Ă©trangĂšres
Végétariennes ou pas
Quittent leur banc de pierre
Au milieu du combat
Quittent leur banc de pierre
Au milieu du combat

 
Publié par 6571 2 3 7 le 4 novembre 2016, 18:37.
Potemkine
Chanteurs : Jean Ferrat
Albums : Potemkine

Voir la vidĂ©o de «Les Belles ÉtrangĂšres»

Dire «merci» pour cette traduction Corriger une erreur
 

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

CaractĂšres restants : 1000