Facebook

 

Paroles de la chanson «San» par Orelsan

J'suis dans l'premier Mario
À chaque fois, j'crois qu'j'ai fini l'jeu, ça repart Ă  zĂ©ro
En plus rapide, en plus dur
J'devais ĂȘtre plus mĂ»r, j'ai dĂ» m'tromper d'futur
J'aimerais retrouver la magie du début
Rien n'fonctionne quand l'cƓur n'y est plus
Ça fait mal Ă  la fiertĂ©, j'ai du mal Ă  l'admettre
Mais j'ai jamais été aussi perdu
Le monde est un PMU
OĂč n'importe qui donne son mauvais point d'vue
OĂč la tĂ©lĂ© passe des infos dĂ©jĂ  vues
Pendant qu'la radio joue des sons qu'on n'Ă©coute mĂȘme plus
J'essaye de trier, entre les snobs pointus
Et les mongoles incultes, je sais plus oĂč cliquer
J'essaye de feater, rester d'actualité
Sans devenir ma propre télé-réalité
J'veux pas rester figé, piégé
Dans mon personnage comme une prise d'otages Ă  Disney
Mal vieillir comme un vieux punk
Quand tu crois qu't'es Bart mais t'es M. Burns
J'suis pas chez moi dans la capitale
J'continue d'Ă©crire sur une ville oĂč j'habite pas
J'essaie d'ĂȘtre un homme bien mais j'suis plutĂŽt moyen
J'crois qu'j'suis juste un génie du mal
J'regrette mes vieux démons
Roi dans l'mensonge, esclave dans l'vrai monde
Vigilent Ă  chaque seconde
Si j'le laisse seul, mon esprit s'égare dans la pénombre
J'pensais m'lever un matin, ĂȘtre un homme
Sûr que la vie qu'j'ai choisie est la bonne
Fiable, avoir construit quelque chose de stable
J'suis qu'un sale gosse sur un chĂąteau d'sable
Marre de faire des grands sacrifices
Pour des p'tites gloires
Sans mĂȘme savoir savourer la victoire
Mes nuits sont blanches, mes idées noires
C'est comme chaque fois qu'j'ai arrĂȘtĂ© d'boire
Et qu'les journées sont plus qu'des gueules de bois
Pourquoi tu veux m'mettre un bébé dans les bras ?
J'ai déjà du mal à m'occuper d'moi
J'essaye d'ĂȘtre droit, de faire des choix
De faire plaisir Ă  tout l'monde Ă  la fois
La famille, les amis, les amis de la famille
La famille des amis, les amis des amis
Divertir un public qui m'connaĂźt pas
Peu importe c'qu'ils croient, j'suis toujours Ă  deux doigts
Du craquage, à deux doigts du pétage de cable
T'Ă©tonne pas si tu m'vois marcher dans la rue en pyjama

Mais j'craquerai pas
J'craquerai pas, j'craquerai pas
J'craquerai pas

J'pourrai plus m'enfuir
Mon frĂšre a deux enfants, j'veux les voir grandir
J'veux plus faire semblant, plus jamais mentir
J'suis déjà fou, autant rester dans l'délire, haan
J'serai celui qui fait une blague avant d'mourir
Celui qui part dans un fou rire, haan
J'veux laisser mon propre souvenir
Pas faire du sous le mec Ă  la mode en pourri, haan
Les temps changent, les gens changent
Mais j'm'ennuie vite, j'aime le changement
J'étais déjà différent
J'le serai jusqu'Ă  la nuit des temps, vie rapide, mec lent
Avant, j'avais peur d'ĂȘtre pas normal
Quand j'vois les gens normaux, j'suis fier d'ĂȘtre pas normal
Le monde est vĂ©nĂ©neux, mon cerveau fait des nƓuds
J'me fais à l'idée d'aller jamais mieux
J'voulais Ă©crire pour les haineux, mais j'vais faire mieux
Écrire pour ceux qui m'aiment, eux
C'est toujours pour ma ville quand j'mets l'feu
J'ai tout l'reste de ma vie pour ĂȘtre vieux
OĂč sont passĂ©es les stars de ma jeunesse ?
Morts ou devenus des parodies d'eux-mĂȘmes
J'veux jamais faire pareil
Retour vers le futur, j'veux pas rater l'troisiĂšme
J'veux faire des chansons d'amour homicide
Qui poussent un célibataire au suicide
J'aimais l'rap avant qu'la hype gentrifie
Vodka, Doliprane, maintenant j'anticipe
J'ai dit : "Je t'aime" Ă  des connasses qui n'en valaient pas la peine
J'ai jamais dit : "Je t'aime" Ă  ma mĂšre
J'veux plus faire marche arriĂšre
J'arrive à peine à la fin du début d'ma carriÚre
J'ai fait des erreurs, j'ai fait des choses louches
J'ai fait des rappeurs, j'ai fait des fausses-couches
Quand j'disais : "C'est nous, l'futur", j'parlais d'maintenant
J'parlais d'cet instant, le futur, c'est maintenant
J'ai tous les flows, j'serai jamais sec
Ablaye et Skread, j'vais jamais perdre
On a commencĂ© dans une salle des fĂȘtes
On va devenir c'qu'on voulait ĂȘtre
Merde, j'arrive en Gun Kata
Jeune bĂątard, me revoilĂ 
Saitama, punch fatale
J'écris chaque phrase comme si Michael pouvait voir ça
J'laisserai pas la médiocrité m'avoir
J'ai vu assez d'bĂątards tristes pour croire au karma
Orelsan, part. trois
Le dernier volet d'la saga
"San", ça veut dire "trois"
"San", ça veut dire "monsieur"
San, j'ai mis la moitié d'ma vie pour savoir c'que j'veux
La fĂȘte est finie

 
Publié par 19614 3 5 7 le 21 octobre 2017, 09:06.
La FĂȘte Est Finie
Chanteurs : Orelsan

Voir la vidéo de «San»

Dire «merci» pour cette traduction Corriger une erreur
 

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

CaractĂšres restants : 1000