Facebook

 

Paroles de la chanson «Tango » par Bernard Lavilliers

Je roulais des mécaniques
Pendant qu'elle roulait des hanches
Au fond d'un beuglant magique
Elle imposait le silence
A des clients rouge brique
Buvant du champagne rance
Qui l'auraient payé cent briques

Mais elle venait pour la danse.
Elle dansait sa vérité
Mais son rĂȘve Ă©tait si fort
Qu'en plein milieu du troquet
On sentait passer la mort.
C'Ă©tait p't'ĂȘtre Ă  Singapour
A Rio ou Ă  New-Port
C'Ă©tait la nuit pas le jour
La lune brillait sur le port

Elle dansait/Elle dansait/Elle dansait/Elle dansait/Elle dansait/Dansait.

J'Ă©crivais Ă  l'encre rouge

Quelques mots-clés au fond d'un bouge
Et j'ai trouvé dans un miroir
Le feu sacré du désespoir,
Parfois Satan me joue des tours
Cherchant la mort, trouvant l'amour
Sous l'Ă©cran noir des cheveux lourds
Un oeil rasant sur du velours.
Ses ongles durs dans la lumiĂšre
Traçaient des signes et des mystÚres
Et ses mains souples de panthĂšre
Laissaient des mots pendus en l'air
Qui peut entendre le silence
Craquant de signes de la danse
Connaßt à coup sûr la distance
Entre l'Amour et la violence.

Elle dansait/Elle dansait/Elle dansait/Elle dansait/Dansait/Dansait

Je roulais des mécaniques,
Pendant qu'elle roulait des hanches
Au fond d'un beuglant magique
Elle imposait le silence
A des clients rouge brique
Buvant du champagne rance
Qui l'auraient payé cent briques
Mais elle venait pour la danse

 
Publié par 66226 4 4 7 le 10 avril 2018, 09:48.
Voleur de feu
Chanteurs : Bernard Lavilliers

Voir la vidéo de «»

Dire «merci» pour cette traduction Corriger une erreur
 

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

CaractĂšres restants : 1000