Facebook

 

Paroles de la chanson «Les Gens Qui Passent» par Volodia

Garçon, mettez-moi un allongé
Auriez-vous un crayon aussi ? Que j'Ă©crive une chanson, merci
Celle-ci, c'est aux passants que j'la dédirai
J'trouverai bien l'inspiration dans un troquet Ă  Nation
D't'façons, j'm'inspire des gens qui passent, qui tracent
J'm'imagine leurs histoires, sirotant un café en terrasse
J'les regarde défiler, du plus joyeux au plus déprimé
J'essaye de cerner les figures marquées de ceux qui ont trimé
Ils ont tous des choses Ă  dire, une vie Ă  raconter
Des malheurs surmontés et des tonnes de fous rires
Y'a des oiseaux d'passage et des pigeons Ă  'ris-Pas', ouais
On voit tout dans les rues d'la capitale
Des MC freestylent au coin d'la ruelle d'en face
S'Ă©patent de la ville sur un beat et des rimes fantasques
Mon regard bloque sur une métisse sensat'
Elle me voit aussi (pause), j'veux pas qu'l'instant passe
Au loin, je vois ce jeune couple qui s’engueule
Mais pourquoi ils s'en veulent ? Parfois, l'amour s’envole
Vous inquiétez pas trop, on se retrouve en étant seul
Et on ne peut entendre l'amour qu'en Ă©coutant nos pleures

Ainsi va la vie, le vent l'emporte
Malgré nos chaßnes et les poids que l'on porte
On cherche le paradis au pied de nos portes
Et, si c'est pas pour soi qu'on vit, c'est pour les autres

Ainsi va la vie, le vent l'emporte
Malgré nos chaßnes et les poids que l'on porte
On cherche le paradis au pied de nos portes
Et, si c'est pas pour soi qu'on vit, c'est pour les autres

J'pourrais demander Ă  cette mamie, p't-ĂȘtre qu'elle a des rĂ©ponses
Accrochée à sa canne, je vois qu'elle ne renonce
Malgré la solitude, les maux et les temps qui changent
Ici, c'est la seule Ă  Ă©couter les oiseaux qui chantent
Dans c'boucan urbain, moi, je n'entends que les sirĂšnes
La clope au bec, j'me demande Ă  quand la vie saigne
Y'a rien qui presse, Ă  part ce gars en costard-cravate
Courant aprĂšs un bus, p't-ĂȘtre pour un contrat d'travail
L'habit ne fait pas l'moine, et la galĂšre est partout
On ne vit qu'une fois, donc je prĂ©fĂšre ĂȘtre troubadour
Comme cet artiste de rue, lĂ  bas, qui cherche les regards
Personne ne le voit mais il continue et se marre
L'avenir dans le chapeau, bravo
Chaque jour, il ne s'agit que de se jeter Ă  l'eau
La sagesse comme fardeau dans l'sac Ă  dos d'ce voyageur
Qui marche, on voit le monde dans ses yeux d'explorateur
Devant moi passe une maman, dans chaque paume un mĂŽme
Peur de rien en la tenant, leurs rires met du baume
La force d'une mÚre comme l'union des éléments
Pour eux, elle peut tout faire, elle avance en les aimant

C'est pas les gens qui passent, c'est le temps (c'est le temps)
C'est pas les gens qui passent, c'est le temps (c'est le temps)

Ainsi va la vie, le vent l'emporte
Malgré nos chaßnes et les poids que l'on porte
On cherche le paradis au pied de nos portes
Et, si c'est pas pour soi qu'on vit, c'est pour les autres

Les gens qui passent, c'est toi, c'est moi, c'est nous, c'est vous, c'est tout
C'est pas les gens qui passent, c'est la vie, c'est le temps

 
Publié par 11339 3 3 6 le 16 janvier 2019, 08:12.
Un pied sur Terre
Chanteurs : Volodia

Voir la vidéo de «Les Gens Qui Passent»

Dire «merci» pour cette traduction Corriger une erreur
 

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

CaractĂšres restants : 1000