Facebook

 

Paroles de la chanson «Tant De Belles Choses» par Françoise Hardy

MĂȘme s'il me faut lĂącher ta main
Sans pouvoir te dire "Ă  demain"
Rien ne défera jamais nos liens...
MĂȘme s'il me faut aller plus loin
Couper des ponts, changer de train
L'amour est plus fort que le chagrin...
L'amour qui fait battre nos cƓurs

Va sublimer cette douleur
Transformer le plomb en or
Tu as tant de belles choses Ă  vivre encore...
Tu verras au bout du tunnel
Se dessiner un arc-en-ciel
Et refleurir les lilas
Tu as tant de belles choses devant toi...

MĂȘme si je veille d'une autre rive

Quoi que tu fasses, quoi qu'il t'arrive
Je serai avec toi comme autrefois...
MĂȘme si tu pars Ă  la dĂ©rive
L'Ă©tat de grĂące, les forces vives

Reviendront plus vite que tu ne crois...
Dans l'espace qui lie ciel et terre
Se cache le plus grand des mystĂšres
Comme la brume voilant l'aurore
Il y a tant de belles choses que tu ignores
La foi qui abat les montagnes
La source blanche dans ton Ăąme
Penses-y quand tu t'endors
L'amour est plus fort que la mort...

Dans le temps qui lie ciel et terre
Se cache le plus beau des mystĂšres
Penses-y quand tu t'endors

___________
Françoise Hardy se souvient de ce moment d'Ă©criture si particulier, si aigu, quand on veut trouver les mots qui empoignent, qui sortent du chagrin, les mots de la vie
 alors que la mort rĂŽde. « Je venais d'apprendre que j'avais un lymphome, explique-t-elle, je ne savais pas trop ce que c'Ă©tait, mais je savais que c'Ă©tait grave et je ne savais pas si je serais encore lĂ  Ă  la fin de l'annĂ©e. » Et de prĂ©ciser : « J'ai Ă©crit le texte en pensant Ă  Thomas qui Ă©tait trĂšs affectĂ© par ce qui m'arrivait. »

 
Publié par 42000 4 4 6 le 6 mars 2019, 16:01.
Tant De Belles Choses (2004)
Chanteurs : Françoise Hardy

Voir la vidéo de «Tant De Belles Choses»

Dire «merci» pour cette traduction Corriger une erreur
 

Vos commentaires

liverpool Il y a 1 mois Ă  18:12
42000 4 4 6 liverpool Françoise Hardy se souvient de ce moment d'Ă©criture si particulier, si aigu, quand on veut trouver les mots qui empoignent, qui sortent du chagrin, les mots de la vie
 alors que la mort rĂŽde. « Je venais d'apprendre que j'avais un lymphome, explique-t-elle, je ne savais pas trop ce que c'Ă©tait, mais je savais que c'Ă©tait grave et je ne savais pas si je serais encore lĂ  Ă  la fin de l'annĂ©e. » Et de prĂ©ciser : « J'ai Ă©crit le texte en pensant Ă  Thomas qui Ă©tait trĂšs affectĂ© par ce qui m'arrivait. »
CaractĂšres restants : 1000