Facebook

 

Paroles de la chanson «J'ai Longtemps Contemplé» par Alain Bashung

J'ai longtemps contemplé
Tibias, péronés
Au ras des rez-de-chaussée
Ces cités immenses
OĂč je ne rutilais pas
J'arpentais des tapis de braise
Je suis pas libre
J'ai ma luzerne
Au self les elfes me sollicitent
Tire-moi ou tire-toi
Chacun pour soi poursuit sa nébuleuse

J'ai longtemps contemplé
Tibias, péronés
Et cette balle qui voyage dans ma tĂȘte
Cet Ă©clat charnel
Parviendras-tu Ă  l'extraire
Je meurs d'envie
De sauter la haie
De te prouver par a plus b
Que la flemme d'un Ă©nergumĂšne
N'est qu'un dédale de simagrées

J'ai longtemps contemplé
Tibias, péronés
À la croisĂ©e des artĂšres
L'Ă©tau se ressert un petit coup
Les rongeurs n'ont qu'un couloir
Pour seul objectif
Un raccourci
Quoi ma rétine
L'état de ma rétine n'a rien à voir

J'ai longtemps contemplé
Tibias, péronés
Demain dans l'arĂšne
J'irai nu
À travers les cyclones
Envolées mes étrennes
Et tant pis si je braille
Je renouvelle le bail
Tout, je comprends tout
Je comprends tout

Fais-moi une fleur
Fais-moi Ă©clore
Au bord d'un parterre
De cyclamens

 
Publié par 5796 1 1 6 le 15 avril 2019, 07:18.
Chatterton (1995)
Chanteurs : Alain Bashung
Albums : Chatterton

Voir la vidéo de «»

Dire «merci» pour cette traduction Corriger une erreur
 

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

CaractĂšres restants : 1000