Facebook

 

Paroles de la chanson «La Marche Des Géants D'acier» par Syrano

Des ombres se mutinent, se lÚvent et dévisagent
Le paysage, s’étendent comme la raison alcaline.
Elles avancent sur la cité par une pluie cùline
Et d’un pas rigide Ă©crasent les collines.
Se dressant Ă  l’horizon malgrĂ© nos larmes salines
L’armĂ©e s’aligne, froide, fiĂšre et maligne.
Elle trace sur nos fronts les stries du progrĂšs
Rendant plus pĂąle encore la lune opaline.
Leurs silhouettes épaisses et leurs voix menaçantes
Crissent comme l’acier galvanisĂ© par l’adrĂ©naline ambiante.
Ils tissent le réseau, quadrillent tout, contrÎlent.
Semblant attendre l’instant propice à froisser la taule.
Soudain, gronde le ciel, hurle le métal.
L’éclair surgit enfin des entrailles de la Centrale.
L’attaque est fulgurante et d’ici jusqu’au large
Tous les secteurs sont engloutis par la décharge.
Il n’y a pas de lutte face aux gĂ©ants d’acier
Qui scrutent, l’air avide, les provinces qu’ils ont graciĂ©.
Et demain de nouveau, l’armĂ©e de cĂąbles et de fer
Sous l’orage partira coloniser d’autres terres.
Les sentinelles immobiles veillent Ă  chaque croisement
A ce que l’emprise soit totale et que nous restions dĂ©pendants.
Branchés, connectés, alimentés,
Notre insignifiance infinie dans le vide peut résonner.
Le monde est sous tension, le progrĂšs est en marche.
Le monde est sous tension, le progrĂšs est en marche.
Le monde est sous tension, le progrĂšs est en marche
Et ne se contentera pas de la simple expansion.
Les cùbles, comme le lierre, ligotent les mûrs
Et le ciment se fissure comme les figures sous l’oppression.
Les gratte-ciels servent de phares, Et comme des sexes barbares
Ensemencent les intelligences artificielles,
DĂ©versent des images dans les abdomens
Et programment les fƓtus des codes gĂ©nĂ©tiques aux noms de domaine.
Que les hymens profanés cÚdent et laissent les nourriciÚres
Accoucher d'enfants sous cellophane, déjà formatés,
Conditionnés à sécréter de l'endorphine
Pour s'endormir ou faire frémir la machine des vertÚbres à l'échine.
L'humain dĂ©cĂ©rĂ©brĂ© se jette en secret vers l'extrĂȘme
Et se crée une raison d'attendre le dernier frisson.
Le cortex traĂźne alors que l'Ă©volution nous entraĂźne.
Des cellules comme des des cellules et la raison comme une prison.
Le monde est sous tension, le progrĂšs est en marche.
Le monde est sous tension, le progrĂšs est en marche.

 
Publié par 16717 4 4 6 le 30 avril 2019, 14:23.
Le goût du sans
Chanteurs : Syrano

Voir la vidéo de «La Marche Des Géants D'acier»

Dire «merci» pour cette traduction Corriger une erreur
 

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

CaractĂšres restants : 1000