Facebook

 

Paroles de la chanson «BALAYER» par Syrano

Je descends dans la rue quand la ville dort encore,
Juste avant l’aurore,
Pour nettoyer la fĂȘte et rĂ©curer la mĂ©moire.
Ça colle au trottoir.
Les gouttes de pluie se mélangent à la javel.
Mes yeux dans le ciel.
Comme les oiseaux de nuit et les pigeons se mĂȘlent
Pour fouiller les poubelles.
Et plus je balaie, plus j’ai mal.
Car plus je frotte, plus c’est sale.
Jamais ne brillera le sol d’une capitale.
Et plus la misĂšre est banale,
Plus l’ironie est normale.
Essuyer des tñches ou essuyer des balles, j’ai choisi.

Balayer, Balayer.
Je dépense ma vie à la monnayer.
J’ai vendu mes rĂȘves et c’est moi qui aie payĂ©.
Balayer, Balayer.
On dira de moi que j’ai essayĂ©.
Ça peut pas ĂȘtre ça, je vais me rĂ©veiller.

J’ai dĂ©barquĂ© y’a 10 ans avec un sac en toile,
Deux t-shirts, un pantalon, des milliers d’étoiles
Qui se sont vite Ă©teintes,
Car ma peau de ne peut pas changer de teinte.
Ici, c’est selon ton millĂ©sime
Que tu dĂ©couvres l’avenir que la vie dessine.
Tu t’éreintes, te plains de quintes de toux,
Peu importe ton diplÎme de médecine.
Et j’ai ravalĂ© ma fiertĂ©, mes discours et mes espoirs.
J’ai tout fait pour travailler, travailler, travailler.
MĂȘme s’ils appellent ça le travail au noir.
Mes deux petits, eux, sont nés ici.
Ils ont la chance qui ne m’a pas souri.
Alors papa leur dit son histoire,
Je leur dis pour qu’ils ne finissent pas par...

Balayer, Balayer.
Je dépense ma vie à la monnayer.
J’ai vendu mes rĂȘves et c’est moi qui aie payĂ©.
Balayer, Balayer.
On dira de moi que j’ai essayĂ©.
Ça peut pas ĂȘtre ça, je vais me rĂ©veiller.

Et le petit matin dévoile
Les gens bien habillés qui dévalent
Sur le macadam affamé qui les avale.
Les Ă©gouts mĂšnent tous au canal.
Partout notre poussiĂšre est brutale.
Mais entre les caniveaux et les cannibales, j’ai choisi.

 
Publié par 16717 4 4 6 le 1 octobre 2019, 06:55.
Syrano
Chanteurs : Syrano
Albums : ////

Voir la vidéo de «»

Dire «merci» pour cette traduction Corriger une erreur
 

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

CaractĂšres restants : 1000