Facebook

 

Paroles de la chanson «Charlélie Couture» par Charlélie Couture

DerriĂšre les toits blancs, le soleil qui descend,
Échange lentement l'ombre de l'hiver.
Devant les vitrines Ă©teintes, la tĂȘte dans les Ă©paules
Tu marches dans les courants d'air, demain comme hier

Des flaques d'huile, des papiers gras,
Y a plus que la rue, dans la rue le froid

Un chien qui flaire une chienne
Et tu penses a tes problĂšmes
Sous le réverbÚre en l'air
Qui Ă©claire un peu l'hiver

Tu tires une ligne, sur le crépi
Sans t'arrĂȘter avec une craie
Pour laisser une trace
Pour faire un signe
Mais le calcaire retombe en poussiĂšre
Sur le sol de l'hiver
Demain, demain comme hier
Demain, demain comme hier

Un chat qui miaule sous une bagnole
Un autre qui guette dans le soupirail
Comme un refrain bidon qui revient sans arrĂȘt
Comme une obsession, une affiche arrachée
Les poches trouées, les doigts congelés

La neige qui tombe, il est presque minuit
Tes semelles glissent mais tu sais pas
A qui te raccrocher
Ou mĂȘme qui appeler
Un bruit de sirÚne du cÎté du cimetiÚre
Une envie suicidaire dans un hangar désert
Tu vas rentrer lĂ -bas t'allonger dans le froid
Demain, demain comme hier
Sur un sommier solitaire,
Demain comme hier, comme hier.

 
Publié par 63020 4 4 7 le 20 janvier 2020, 07:15.
PoĂšmes Rock
Chanteurs : Charlélie Couture

Voir la vidéo de «Charlélie Couture»

Dire «merci» pour cette traduction Corriger une erreur
 

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

CaractĂšres restants : 1000