Facebook

 

Paroles de la chanson «Le Pays Est Sucré» par Alex du Kamer

WĂ© ma sƓur, je dis hein tu es en haut
Tu es sapée ! Tu fais le nyanga avec ton chaud (a)
Au lieu de rester lĂ  avec ta sita et tes sistas
Avec ton refré avec ta rémé et ton répé
Au lieu de frĂ©quenter toi tu prĂ©fĂšres aller t’ambiancer
Champicoter whitiser, voir tourner les new-new billets (b)
De tes sponsors, ces faymans qui t’offrent des Beaufort (c)
Des Guinness juste pour voir tes fesses
Tu es formée comme une guitare, toujours bien emballée
Mais si tu cherches trop les histoires tu finiras pas devoir enlever
WĂ© mon frĂšre dis on t’a envoyĂ©
Si on t’envoie dis-leur que je n’etais pas là, toi tu aimes trop le kongossa (d)
On dit quoi ? On est lĂ  ! On est ensemble et on se voit
Assiah tu cherches les CFA avant la fin du mois
Est-ce que j’ai mĂȘme l’argent ?
Je suis aussi dans le ngatta (e)
Toujours dans le mouvement, j’ai tout fini Rue de la joie (f)
Tu veux qu’on te dĂ©panne ?
Tu cherches Ă  prendre le mapanne ? (g)
Pour devenir un grand quelqu’un, toi tu sais que le bien est bien
Tu rĂȘves de prendre "Air peut-ĂȘtre" devenu Camair Co (1)
Tu crois que lĂ -bas Papa Hollande fabrique les Euros

(REFRAIN)
Le pays est sucré
Mon ami viens danser
Le pays est sucré
Mon ami viens danser
Le pays est sucré
Mon ami viens danser

Wé le pater, toi tu es toujours calé
Dans un circuit tu tournes à l’ordinaire avec ton Popoli (2)
Grñce à toi les Brasseries sont le premier chiffre d’affaires du pays (3)
Tu aimes trop te gĂąter de BHB et de poulet DG (4)
Aucune grande ambition, aucune grande réalisation
T’es lĂ  Ă  suer comme Dipanda Mouelle le jour des Ă©lections (5)
Tu cherches la chance dans les capsules de tes 33 Export (h)
T’es tout petit comme ça et tu n’es mĂȘme pas fort
Coma, wélé, dis le pÚre pourquoi tu attaches la bouche
Comme on dit au pays chacun s’assoit et Dieu le pousse
Wé la mater, pourquoi tu vas encore te décaper (i)
DĂ©friser, rajouter, c’est qui mĂȘme que tu cherches Ă  Ă©pater
Pas ton mari qui te croit au marché
Avec lui, ça n’a jamais Ă©tĂ© ton pied mon pied
Quand tu l’attends depuis, lui il se laisserait tenter
Par sa meilleure petite ou une pirate de la Méditerrannée
Parfois tu penses que l’on pourrait lancer pour les Kamers
Une opération Epervier pour tous les maris adultÚres (5)
Mais on te simplifie, ouais ça c’est la magie
Pour une femme trompée il faut aussi une femme qui trompe aussi ouais

REFRAIN

WĂ© mon ami, toi tu me veux le sissia (j)
Ah mouf ! Toi tu dĂ©ranges ça c’est mĂȘme quoi ?
Si tu fais des histoires je vais sortir le serpent noir (k)
Revenir avec mes quartiesards espĂšce de chibagnard (l)
Chien vert ! Laisse-moi faire mon gombo
Appuyer le divers avec ma go et mon asso (m)
Toi tu voulais me composer, pardon tu m’as trop fatiguĂ©
Je risque de te doser je te conseille de détaler
De frapper vite avec tes sans-confiance (n)
De prendre un ben-sikin ou de bĂącher si tu as de la chance
WĂ© mes homologues, vous aimez trop le bavardage
Dans vos chansons vous cherchez trop le farotage (o)
Mais si ca vous dépasse il faut laisser. ékié !
Il faudrait qu’on vous lance comme ci c’était la bonne annĂ©e (p)
Plus fort que les nouvelles Ă©glises, vous en appelez Ă  Eto’o Fils
Vous vénérez Mama Chantal et son amie Françoise Foning (7)
Mais moi je me comporte je n’attends pas qu’on me porte
Fais-quoi fais-quoi je veux rentrer par la grande porte
Retenez mon nom moi c’est Alex, le Sans-visa de Paris
Un jour je serai plus cĂ©lĂšbre qu’Adolphe Mundi alias Petit Pays (8)

REFRAIN (x2)

(Mama Chantal Biya é .)

________________
(1) Cameroon Airlines Corporation : compagnie aérienne camerounaise.
(2) Le "Popoli" est un journal satirique camerounais créé en 2003, quasiment entiÚrement rédigé sous forme de bande dessinée.
(3) La Société Anonyme des Brasseries du Cameroun, abrégé en SABC, est l'une des plus importantes entreprises camerounaises. Elle et l'une des entreprises du groupe Castel.
(4) BHB = expression populaire pour désigner un plat compoé de beignets, de bouillie et de haricot.
Le poulet DG est une recette populaire du terroir camerounais. "DG" mis pour "Directeur général", car à l'époque de sa création, seuls les plus nantis pouvaient se permettre de le consommer dans les restaurants. Avec le temps, il est devenu plus accessible à toutes les bourses, mais le nom et la réputation de plat d'élite sont restés.
(5) Il s'agit de l'ancien prĂ©sident de la Cour SuprĂȘme de l'Etat du Cameroun.
(6) L'OpĂ©ration Épervier est une vaste opĂ©ration judiciaire initiĂ©e dans le cadre de la lutte anti-corruption au Cameroun.
(7) "Mama Chantal" : nom affectueux onné à la PremiÚre Dame du Cameroun, Mme Chantal Biya. Françoise Foning est une femme d'affaires et femme politique camerounaise, née en 1948 et décédée en 2015.
(8) Petit Pays est un célÚbre chanteur, auteur-compositeur et musicien camerounais.

(a) Nyanga : terme argotique pour parler du soin que prennent les femmes sur leur physique (maquillage, vĂȘtements) ou du fait pour elles de faire les belles.
- Chaud : terme argotique qui désigne un gars qui drague une fille et avec qui elle flirte sans s'engager.
- Sita, sista : "soeur", pour parler des amies d'une fille.
(b) Champicoter : boire du champagne. Whitiser : parler "comme un Blanc", ie en prenant le ton occidental (généralement français et américain).
(c) Les "sponsors" désignent les hommes, généralement plu ùgés, avec lesquel les jeunes filles sortent pour de l'argent.
- Les faymen : terme argotique désignant les escrocs se faisant passer pour des hommes d'affaires influents.
(d) Le kongossa, ce sont les commérages.
(e) Le ngatta dĂ©signe le "foirage", c'est-Ă -dire le fait d'ĂȘtre fauchĂ©.
(f) La Rue de la joie dĂ©signe une place oĂč l'on retrouve beaucoup de dĂ©bits de boissons et gĂ©nĂ©ralement des prostituĂ©es. Il existe une Rue de la joie Ă  YaoundĂ©, capitale politique du Cameroun, et Ă  Douala, capitale Ă©conomique du Cameroun.
(g) Les "mapannes" désignent les coins chauds ou les rencards.
(h) "33 Export" est une biĂšre produite par les Brasseries du Cameroun.
(i) "Se décaper" signifie s'éclaircir la peau à l'aide de produits cosmétiques prévus à cet effet.
(j) Le "sissia", c'est l'intimidation, la menace.
(k) Le "serpent noir" fait référence au fouet (en général, un tuyau d'arrosage coupé ou une corde en caoutchouc) utilisé à l'école primaire par les enseignants.
(l) Le terme "quartiesard" (néologisme créé à partir de "quartier") désigne des jeunes désoeuvrés ou qui vivent de petit jobs, parfois délinquants.
- Chibagnard, chien vert : insultes familiĂšres.
- Gombo : en argot, le "gombo" désigne le profit gagné dans un business.
(m) Le mot "asso", qui vient de "associé", fait référence à un partenaire en affaires ou à commerçant avec qui l'on traite habituellement et qui nous offre des avantages sur les prix, les produits, etc.
- "Composer quelqu'un" signifie embrouiller ou manipuler quelq'un afin d'obtenir quelque chose de lui, généralement de l'argent.
- "Doser quelqu'un" signifie le frapper.
(n) Les "sans-confiance" désignent des sandales de caoutchouc portées généralement à la maison. Leur nom vient de leur fragilité, car les brides de caoutchouc ont tendance à se couper ou se détacher de la semelle aprÚs quelques semaines d'utilisation.
- "Ben-sikin" ou "ben skin" désigne les moto -taxis qui servent de transport de personnes au Cameroun.
- "BĂącher" : signifie, dans un taxi ou sur une moto-taxi, (ou un car, etc) porter un passager de plus alors que l'espace pour s'asseoir est Ă©troit et ne peut contenir plus d'une personne.
(o) Le "farotage" est un terme essentiellement utilisé en Afrique (Cameroun, CÎte d'Ivoire) et signifiant "frimer", notamment dans le cadre des soirées en boßte ou autres, en donnant de l'argent aux personnes présentes. Par extension, "faroter" signifie donner de l'argent.
(p) "Lancer quelqu'un" : aider quelqu'un financiÚrement ou matériellement.

Alex du Kamer est un ovni débarqué sur la scÚne musicale camerounaise avec ce titre, il y a six ans. Depuis, le "Camerounais d'origine française" comme il se présente a fait du chemin et ceux qui ne le prenaient pas au sérieux ont pu découvrir que derriÚre son attitude "djeun's" (il rappe en camfranglais, un mélange de français, d'anglais et de différents dialectes. C'est un langage trÚs prisé des jeunes camerounais) et nonchalante se cachait un véritable artiste aux textes légers mais parlants.

Dans ce morceau, il décrit la société camerounaise sous divers aspects représentatifs de situations quotidiennes, entre débrouillardise et opportunisme.

 
Publié par 14517 4 5 7 le 8 juin 2020, 07:59.
Alex du Kamer
Chanteurs : Alex du Kamer
Albums :

Voir la vidéo de «»

Dire «merci» pour cette traduction Corriger une erreur
 

Vos commentaires

PinkCrazyPrincess Il y a 1 an(s) Ă  21:14
14517 4 5 7 PinkCrazyPrincess Alex du Kamer est un vrai phénomÚne ! Je n'en reviens pas qu'un Français parle aussi bien l'argot qu'un Camerounais !
CaractĂšres restants : 1000