Facebook

 

Paroles de la chanson «J'ai RelevĂ© La TĂȘte» par Syrano

J’ai relevĂ© la tĂȘte Ă  l’instant
Et le battement qui s’aligne
Entre mon cƓur et ce qui me reste de temps
Me murmure ce que je n’avais pas su lire entre mes propres lignes.

Parfois, la cécité est une félicité,
Pour avancer au hasard, presque une nécessité.
Et il fallait sĂ»rement que j’arpente la pente abrupte
Pour prendre conscience de ma ténacité,
RĂ©aliser que je pouvais enfin m’autoriser
À respirer plus loin que cet air motorisĂ©,
Que j’avais toujours senti quelque chose de plus grand
Dans un monde si petit qu’on mate les aurores Ă  travers un Ă©cran.

J’ai relevĂ© la tĂȘte Ă  l’instant
Et j’ai humĂ© le ciel.
J’ai souri à ce nouveau sentiment
Et j’ai mangĂ© ces baisers de miel.

Rien Ă  voir avec un Ă©veil de mes sens, non.
Je fais juste la paix au lieu de faire la résistance.
J’ai lĂąchĂ© prise et j’ai gonflĂ© mon ĂȘtre.
La porte est close alors j’ouvre la fenĂȘtre.

J’ai relevĂ© la tĂȘte Ă  l’instant
Et j’ai compris qu’il n’y a que l’amour.
J’ai relevĂ© la tĂȘte Ă  l’instant
Et c’est comme un rayon de lune en plein jour.

Je n’offrais au monde qu’un pĂąle Ă©blouissement,
La lumiĂšre vulgaire d’un soleil adaptĂ©
Alors que ma lueur, une fois sans vĂȘtement,
Était une bien plus large et douce clartĂ©.

J’ai relevĂ© la tĂȘte Ă  l’instant
Et j’ai fait mon choix.
Je vais lui offrir tout ce que j’ai de vivant,
Ce jour, lui abandonner tout de moi.

Et ce n’est pas pour l’en rendre responsable,
Provoquer encore des promesses de sable,
Mais pour dénuder en moi une absolue vérité :
On a le droit de recevoir ce qu’on a mĂ©ritĂ©.

J’ai relevĂ© la tĂȘte Ă  l’instant
Et j’ai compris que toutes les routes
M’amenaient vers elle, inexorablement.
Chaque joie. Chaque moment. Chaque doute.

Alors, il fallait sĂ»rement que j’endure
Assez pour sublimer mon Ă©lan,
Contempler les bonheurs simples pour en prendre la mesure,
Apprendre Ă  ne plus parler qu’au prĂ©sent.

Oui, il fallait que je sois finalement capable
De n’ĂȘtre plus que moi, nu, face au miroir,
De vibrer dans le vide, de saisir l’impalpable.
Il fallait sĂ»rement que j’accepte de ne rien savoir.

Il fallait que je rende les armes et trouve mon Alésia,
Que je rature cent fois avant la Mona Lisa.
Je ne suis pas vulnĂ©rable tant c’est une Ă©vidence.
Je veux le calme et la tempĂȘte du moment que ma vie danse.

Du moment que ma vie danse.
Du moment que ma vie danse.
Du moment que ma vie danse avec la sienne.
J’ai relevĂ© la tĂȘte Ă  l’instant et je lui souris.

 
Publié par 16717 4 4 6 le 8 juin 2020, 08:48.
J'ai relevĂ© la tĂȘte
Chanteurs : Syrano
Albums :

Voir la vidĂ©o de «J'ai RelevĂ© La TĂȘte»

Dire «merci» pour cette traduction Corriger une erreur
 

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

CaractĂšres restants : 1000