Facebook

 

Paroles de la chanson «Les Vendredis» par Julien Clerc

Je faisais partie
Du cercle des amis
Qui se tenait le vendredi
Quand le couvert Ă©tait mis, Ă©tait mis
Nous parlions de Chopin
De son curieux destin
Et des autres salons voisins
À l'ennui trop malsain, trop malsain

Et le jeune pianiste jouait
Tout ce qu'il voulait
Sauf l'envolée des Walkyries
Qui faisait trop de bruit, trop de bruit

Il y avait lĂ 
Quelques femmes du monde
Et un peintre parfois connu
Qui faisait rire son monde, rire son monde
On aimait les cartes des jeux
Entre nous bien entendu
Et on ne trichait plus
Chacun se croyait heureux, croyait heureux

Et le jeune pianiste jouait
Tout ce qu'il voulait
Sauf le prĂ©lude À Tristan
Qui navrait trop de gens, trop de gens

Il y avait toujours
Quelque chose Ă  fĂȘter
Tout le long de l'année
Les occasions Ă©taient bonnes, Ă©taient bonnes
L'alcool Ă©tait meilleur
La maison Ă©tait chaude
Nous partions pour ailleurs
Dans le matin souillé, matin souillé

Et le jeune pianiste dormait
La tĂȘte sur son clavier
Surpris par le sommeil
Au crépuscule des Dieux, des Dieux, des Dieux

 
Publié par 17614 2 3 6 le 25 août 2020, 06:51.
Julien Clerc
Compositeurs : Julien Clerc
Chanteurs : Julien Clerc
Auteurs : Maurice Vallet
Albums : Julien Clerc

Voir la vidéo de «Les Vendredis»

Dire «merci» pour cette traduction Corriger une erreur
 

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

CaractĂšres restants : 1000