Facebook

 

Paroles de la chanson «À L'aube Revenant» par Francis Cabrel

À l'aube revenant, les amants se relèvent
Descendent de leurs rêve, encore ruisselants
Chaque geste est urgent puisque le jour se lève
La tempête s'achève en murmures brûlants

À l'aube revenant

Il s'étaient perdus dans l'obscurité profonde
Là les étoiles se fondent au jour apparaissant
À leur pas hésitant on sent la fin du monde
Encore une seconde... encore un instant

À l'aube revenant

Le souffle qu'on entend, c'est deux cœurs qui s'arrachent
Une main se détache et l'autre la reprend
Aux yeux, l'égarement des oiseaux qu'on relâche
Et qui cherchent où se cache le piège qu'on leur tend

À l'aube revenant

Au moindre éloignement, la vie qui les oblige
Le vide, le vertige et faire semblant
Ils se couvrent de serments, se jurent de poursuivre
Leur course en équilibre sur les pierres des torrents

À l'aube revenant

Chacun séparément continuera le rêve
Le seul qui les soulève et les garde vivants
C'est éternellement qu'ils se croyaient soudés
Et même l'éternité, pour eux c'est pas assez longtemps

À l'aube revenant

Ils étaient deux passants dans l'anonyme foule
Dans ce fleuve qui roule, dans la masse des gens
Ils se sont reconnus un peu trop tard peut-être
Mais c'est se reconnaître en vrai qui est important

À l'aube revenant, les amants se relèvent
Descendent de leurs rêves, encore ruisselants...

 
Publié par 19027 2 3 5 le 16 octobre 2020, 16:27.
A l'Aube Revenant
Chanteurs : Francis Cabrel

Voir la vidéo de «À L'aube Revenant»

Dire «merci» pour cette traduction Corriger une erreur
 

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

Caractères restants : 1000