Facebook

 

Paroles et traduction de la chanson «Naïk ar Bihan, fille follette» par Tri Yann

Explications données par le groupe :
On retrouve à la fin du XVème siècle la trace de l'arrière-arrière-petite-fille de Pol, "l'idiote" du village dont le frère périt en 1488 lors de la défaite de l'armée du Duc de Bretagne
__________

Follette suis à ce qu'on dist,
Plus fol est qui toute sa vie
Besoigne por le paradis.
Toutes nuits, en resveries,
Moi je l'ai ja mon paradis.

La prime nuit suis doulx mouton,
Por esgorger les loups gloutons
En leur crochant mes crocs profonds.
Palsambleu ! Nom de nom !
En leur crochant mes crocs profonds.

La deuse nuit suis Limasson,
Por basfrer les hérissons
Fourrés de farce et de marrons
Ou bien poelés comme rognons.
Vertubleu ! Nom de nom !
Ou bien pocslés comme rognons.

La tierce nuit suis gras cochon.
Saignant vilains aux gros bedons
Por en faire boudins et jambons.
Et des saucisses et des grattons.
Ventrebleu ! Nom de nom !
Et des saucisses et des grattons.

La quarte nuit suis moucheron
Por gober l'araigne au bond,
Me faire de sa toile un jupon,
Faire de ses fils un coteron.
Maugrebleu ! Nom de nom !
Faire de ses fils un coteron.

La quinte nuit, fille sans façon,
Je m'en vas voir les moinillons
Por mangier leurs gros saucissons
Et boire le jus de leurs flascons.
Vergebleu ! Nom de nom !
Por mangier leurs gros saucissons.
Foutrebleu ! Nom de nom !
Et boire le jus de leurs flascons.

 
Publié par 67280 4 4 7 le 12 février 2024 à 6h50.
Rummadoù (Générations)
Chanteurs : Tri Yann

Voir la vidéo de «»

Dire «merci» pour cette traduction Corriger une erreur
 

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

Caractères restants : 1000