Facebook

 

Paroles de la chanson «Le Mal A Penser» par Belle Epoque

Le Mal A Penser (Le Mal A Penser)

"C'est tellement facile de s'accrocher Ă  un discours bien rodĂ© plutĂŽt que d'entendre ce que l'autre a Ă  dire. Pourquoi toujours vouloir imposer sa vision des choses comme la seule et l'unique valable ? La remise en question nous effraye car elle fait parfois trembler le socle sur lequel on a construit notre personnalitĂ©. Mais comment Ă©voluer et devenir quelqu'unE de meilleurE si, Ă  aucun moment, on dĂ©cide de se questionner sur la maniĂšre dont notre histoire, notre Ă©ducation, notre culture et les institutions auxquelles nous devons nous plier ont jouĂ© un rĂŽle dans notre perception du monde ? Je suis le premier Ă  qui ce texte s'adresse car bien souvent, c'est moi cette personne aveugle. Je remarque quand mĂȘme que c'est Ă  travers la rencontre de la diffĂ©rence que l'on grandit... Cela demande parfois de lourds efforts mais c'est la seule solution pour ne pas finir seulE avec ses idĂ©es. Il n'y a aucun mal Ă  exprimer son point de vue, mais s'il n'y a aucune rĂ©ponse en retour, autant parler Ă  un mur. "
- Hervé

Cela fait maintenant prÚs de deux heures que je discute, Que je dispute avec toi, de tout, de la façon dont le monde tourne De n'importe quoi, de n'importe quoi...
Cela fait maintenant prÚs de deux heures que je discute, Que je dispute avec toi, de tout, de la façon dont le monde tourne De n'importe quoi, de n'importe quoi...
Nos paroles s'entrechoquent, se suivent et se provoquent Sans jamais s'enlacer, sans jamais s'accorder
Nos paroles s'entrechoquent, se suivent et se provoquent Sans jamais s'enlacer, sans jamais s'accorder
Mais d'oĂč vient cette Ă©trange impression de sentir mes mots se briser sous ce bloque de discours agencĂ©s, sous le poids du prĂ© pensĂ©...
Mais d'oĂč vient cette Ă©trange impression de sentir mes mots se briser sous ce bloque de discours agencĂ©s, sous le poids du prĂ© pensĂ©...
Advienne que pourra, j'ai fait mon choix Désolé mon gars, encore libre à moi de refuser ce qu'on t'a inculqué Je n'ai pas à m'y plier !
Advienne que pourra, j'ai fait mon choix Désolé mon gars, encore libre à moi de refuser ce qu'on t'a inculqué Je n'ai pas à m'y plier !
(Ă ) ton mal Ă  penser
(Ă ) ton mal Ă  penser
Encore libre à moi De refuser ce qu'on t'a inculqué Ce qu'on veut m'imposer
Encore libre à moi De refuser ce qu'on t'a inculqué Ce qu'on veut m'imposer
Des tĂȘtes trop chargĂ©es face aux crĂąnes Ă©vidĂ©s... Des gens pĂ©nibles qui pensent trop... Le nĂ©ant se dessine dans le fracas d'une logique qui m'Ă©chappe
Des tĂȘtes trop chargĂ©es face aux crĂąnes Ă©vidĂ©s... Des gens pĂ©nibles qui pensent trop... Le nĂ©ant se dessine dans le fracas d'une logique qui m'Ă©chappe
On expose ses idées sur un socle de connerie On exhibe sa connerie en fuyant ses idées Croyant contester, on s'est fait berner On s'est fait racheter
On expose ses idées sur un socle de connerie On exhibe sa connerie en fuyant ses idées Croyant contester, on s'est fait berner On s'est fait racheter
Et si je ne vois rien en vos traĂźtres Ă  penser ? dans vos tĂȘtes fracassĂ©es... en ce mal Ă  penser...
Et si je ne vois rien en vos traĂźtres Ă  penser ? dans vos tĂȘtes fracassĂ©es... en ce mal Ă  penser...
Je refuse de croire qu'on s'est fait racheter, qu'on s'est fait berner...
Je refuse de croire qu'on s'est fait racheter, qu'on s'est fait berner...

 
Publié par 14631 3 3 7 le 27 décembre 2006, 18:42.
Belle Epoque
Chanteurs : Belle Epoque

Voir la vidéo de «»

Dire «merci» pour cette traduction Corriger une erreur
 

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

CaractĂšres restants : 1000