Facebook

 

Paroles de la chanson ¬ęChanson Pour L'auvergnat¬Ľ par Georges Brassens

Chanson Pour L'auvergnat (Chanson Pour L'auvergnat)

Cette chanson a √©t√© √©crite par Georges Brassens apr√®s sa rencontre avec l'Abb√© Pierre en 1954, bien connu pour avoir cr√©√© l'association Emma√ľs, qui vient encore aujourd'hui en aide aux plus d√©munis.

Ici on a donc une petite histoire digne d'une fable de La Fontaine (mais sans animaux^^).
C'est l'histoire d'un personnage, un homme pauvre, qui vient demander refuge et chaleur aupr√®s de plusieurs personnes. Mais la plupart d'entre elles (qu'il appelle "les gens bien intentionn√©s", ce qui est donc une antiphrase, soit un clin d'oeil ironique pour faire r√©agir l'auditeur) le renvoient d'o√Ļ il vient, c'est-√†-dire dans la rue, ils lui "ferm[ent] la porte au nez". Cependant, quelques personnes g√©n√©reuses et pleines d'humanit√© l'ont aid√© et soutenu. C'est √† eux qu'il s'adresse et qu'il lance un message de remerciement pour leur montrer qu'il n'oubliera jamais ce qu'ils ont fait pour lui quand il avait le plus besoin d'aide.

Dans le premier couplet, l'homme tient à remercier d'abord un certain auvergnat qui lui a donné de quoi se tenir au chaud pendant l'hiver. Il dit que certes "Ce n'était rien qu'un feu de bois" mais ce petit geste lui a permis non seulement de survivre à cet hiver assez rude et donc de se réchauffer le corps, mais il lui a également réchauffé le coeur face à tant d'humanité et de générosité de la part de l'auvergnat. Brassens utilise un champ lexical du feu pour insister sur le fait que son aide lui a été d'un grand secours et qu'il n'est pas prêt d'oublier cet élan de gentillesse.
"Et dans mon √Ęme il br√Ľle encore
A la manière d'un feu de joie"

Dans le 1er refrain, le sans-abri prie dieu pour qu'il b√©nisse et r√©compense l'auvergnat pour ce qu'il a fait pour lui. Pour lui, la meilleure r√©compense serait que cet homme si bon aille au paradis quand son √Ęme aura quitt√© ce monde.
"Qu'il te conduise à travers ciel
Au père éternel"

Dans le second couplet, l'homme remercie à présent une femme qui l'a elle aussi aidé dans un moment de détresse. En effet, elle lui a donné un couvert pour ne pas qu'il meurt de faim alors qu'une fois de plus, tous les autres "gens bien intentionnés" chez qui il était allé crier famine l'ont mis à la porte.
Comme avec l'auvergnat, Brassens r√©utilise le champ lexical du feu pour montrer que ce geste √©galement lui a fait chaud au coeur. Certes "ce n'√©tait rien qu'un peu de pain" mais gr√Ęce √† l'hospitalit√© de son h√ītesse il n'est pas mort de faim pendant l'hiver, et pour lui c'est d√©j√† beaucoup, c'est digne d'un "grand festin".
"Et dans mon √Ęme il br√Ľle encore
A la manière d'un grand festin"

Dans le 2nd refrain, le sans-abri prie dieu comme lorsqu'il l'a fait en faveur de l'auvergnat. Il souhaite que son h√ītesse √† qui il doit beaucoup rejoigne le paradis quand le moment sera venu.
"Qu'il te conduise à travers ciel
Au père éternel"

Dans le dernier couplet, l'homme finit en remerciant un inconnu, un étranger qui ne lui a rien apporté de matériel comme les deux précédents mais qui lui a juste souri amicalement comme un message de soutien lorsqu'il a été emmené à la gendarmerie, probablement parce qu'il a volé de la nourriture ou d'autres choses pour pouvoir survivre. Pendant ce pénible moment, l'étranger est la seule personne qui n'était pas contente de le voir arrêté, le seul homme qui ne l'a pas jugé et qui a compris sa détresse, le seul qui n'ait pas "applaudi" alors que tous les autres "gens bien intentionnés" fêtaient son malheur.
Cet √©tranger peut repr√©senter une g√©n√©ralit√©, n'ayant pas de nom et aucun d√©tail sur lui n'√©tant donn√©, on peut penser qu'il repr√©sente toutes les personnes g√©n√©reuses pr√™tes √† aider un homme sans ressources, sans rien m√™me conna√ģtre de lui.
Comme avec l'auvergnat puis l'h√ītesse, Brassens emploie le champ lexical du feu pour montrer toute la reconnaissance qu'il a envers cet homme qui lui a montr√© tout son respect et qui n'a pas crach√© sur sa dignit√©.
Certes ce n'était pas quelque chose de matériel qu'il lui a apporté, mais la plupart du temps le moral suffit à être heureux même si on a peu de confort matériel, ou en tout cas savoir que l'on n'est pas tout seul et que l'on peut compter sur le soutien de quelqu'un d'autre nous aide beaucoup à tenir le coup.
"Ce n'√©tait rien qu'un peu de miel" mais cette tendresse, cette affection, ce soutien moral a chass√© le noir qui s'√©tait install√© dans son √Ęme et dans son coeur, c'est pourquoi on peut le qualifier de "grand soleil".
"Et dans mon √Ęme il br√Ľle encore
A la manière d'un grand soleil"

Dans le dernier refrain qui cl√īture la chanson, le sans-abri fait une pri√®re pour que cet √©tranger si juste et si compr√©hensif qui lui a autant apport√© que l'auvergnat et l'h√ītesse se retrouve avec ceux-ci au paradis pour que sa bont√© soit r√©compens√©e √† sa juste valeur.
"Qu'il te conduise à travers ciel
Au père éternel"

J'ai vu une interprétation sur la page Wikipedia de la chanson, cela peut être également ajouté à cette explication que j'ai faite : -)
Cet article nous informe que Brassens d√©nonce la soci√©t√© √©go√Įste dans laquelle nous vivons, mais heureusement certaines (rares) personnes (comme l'Abb√© Pierre) font exception et aident les plus d√©munis avec souvent tr√®s peu de moyens. Parfois, il suffit juste de chaleur humaine pour rendre sa dignit√© √† un homme.

Elle est à toi cette chanson
Elle est à toi cette chanson
Toi l'auvergnat qui sans façon
Toi l'auvergnat qui sans façon
M'as donné quatre bouts de bois
M'as donné quatre bouts de bois
Quand dans ma vie il faisait froid
Quand dans ma vie il faisait froid
Toi qui m'as donné du feu quand
Toi qui m'as donné du feu quand
Les croquantes et les croquants
Les croquantes et les croquants
Tous les gens bien intentionnés
Tous les gens bien intentionnés
M'avaient fermé la porte au nez
M'avaient fermé la porte au nez
Ce n'était rien qu'un feu de bois
Ce n'était rien qu'un feu de bois
Mais il m'avait chauffé le corps
Mais il m'avait chauffé le corps
Et dans mon √Ęme il br√Ľle encore
Et dans mon √Ęme il br√Ľle encore
A la manière d'un feu de joie
A la manière d'un feu de joie

Toi l'auvergnat quand tu mourras
Toi l'auvergnat quand tu mourras
Quand le croque-mort t'emportera
Quand le croque-mort t'emportera
Qu'il te conduise à travers ciel
Qu'il te conduise à travers ciel
Au père éternel
Au père éternel

Elle est à toi cette chanson
Elle est à toi cette chanson
Toi l'h√ītesse qui sans fa√ßon
Toi l'h√ītesse qui sans fa√ßon
M'as donné quatre bouts de pain
M'as donné quatre bouts de pain
Quand dans ma vie il faisait faim
Quand dans ma vie il faisait faim
Toi qui m'ouvris ta huche quand
Toi qui m'ouvris ta huche quand
Les croquantes et les croquants
Les croquantes et les croquants
Tous les gens bien intentionnés
Tous les gens bien intentionnés
S'amusaient √† me voir je√Ľner
S'amusaient √† me voir je√Ľner
Ce n'était rien qu'un peu de pain
Ce n'était rien qu'un peu de pain
Mais il m'avait chauffé le corps
Mais il m'avait chauffé le corps
Et dans mon √Ęme il br√Ľle encore
Et dans mon √Ęme il br√Ľle encore
A la manière d'un grand festin
A la manière d'un grand festin

Toi l'h√ītesse quand tu mourras
Toi l'h√ītesse quand tu mourras
Quand le croque-mort t'emportera
Quand le croque-mort t'emportera
Qu'il te conduise à travers ciel
Qu'il te conduise à travers ciel
Au père éternel
Au père éternel

Elle est à toi cette chanson
Elle est à toi cette chanson
Toi l'étranger qui sans façon
Toi l'étranger qui sans façon
D'un air malheureux m'as souri
D'un air malheureux m'as souri
Lorsque les gendarmes m'ont pris
Lorsque les gendarmes m'ont pris
Toi qui n'as pas applaudi quand
Toi qui n'as pas applaudi quand
Les croquantes et les croquants
Les croquantes et les croquants
Tous les gens bien intentionnés
Tous les gens bien intentionnés
Riaient de me voir amener
Riaient de me voir amener
Ce n'était rien qu'un peu de miel
Ce n'était rien qu'un peu de miel
Mais il m'avait chauffé le corps
Mais il m'avait chauffé le corps
Et dans mon √Ęme il br√Ľle encore
Et dans mon √Ęme il br√Ľle encore
A la manière d'un grand soleil
A la manière d'un grand soleil

Toi l'étranger quand tu mourras
Toi l'étranger quand tu mourras
Quand le croque-mort t'emportera
Quand le croque-mort t'emportera
Qu'il te conduise à travers ciel
Qu'il te conduise à travers ciel
Au père éternel
Au père éternel

 
Publié par 18822 5 5 7 le 18 novembre 2008, 17:11.
Les Sabots d'Hélène

Voir la vid√©o de ¬ęChanson Pour L'auvergnat¬Ľ

Dire ¬ęmerci¬Ľ pour cette traduction Corriger une erreur
 

Vos commentaires

sevendid Il y a 10 an(s) 7 mois à 19:12
9690 3 4 7 sevendid Trés belle chanson, émouvante et pleine d'humanité :'-)
J'en profite pour lancer un appel aux gens à se mobiliser, pour aider les personnes en difficultés qui ont besoin de soutien, surtout en cette période de l'année!!! Merci, pour eux!!!
Caractères restants : 1000