Facebook

 

Poésie Ville, écrite par Maurice Carême

Maurice Carême
Albums :

Poésie : Ville

Trams, autos, autobus,
Un palais en jaune pâli,
De beaux souliers vernis,
De grands magasins, tant et plus.

Des cafés et des restaurants
Où s'entassent des gens.
Des casques brillent, blancs
Des agents, encor des agents.

Passage dangereux. Feu rouge,
Feu orangé, feu vert.
Et brusquement, tout bouge.
On entend haleter les pierres.

Je marche, emporté par la foule,
Vague qui houle,
Revient, repart, écume
Et roule encore, roule.

Nul ne sait ce qu'un autre pense
Dans l'inhumaine indifférence.
On va, on vient, on est muet,
On ne sait plus bien qui l'on est
Dans l'immense ville qui bout, immense soupe au lait.

 
Publié par 9015 1 2 5 le 20 août 2020, 12:20.
 

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

Caractères restants : 1000