Facebook

 

Paroles de la chanson «Bercé Par Le Vent» par Georgio

En un coup d'fil, j'peux changer d'programme pour la semaine
Quitter l'béton sous mes semelles, sans aucune raison foutre la merde
Dans ma tĂȘte, Ă  croire que c'est en moi, le paradis ou l'enfer
Monsieur Politique roule en Benz, j'suis anarchiste et j'l'emmerde
J'crache ma rage sous des réverbÚres depuis que j'ai lùché mes repÚres
Puis j'suis mon propre Nord, j'ai peu de remords et les mĂȘme frĂšres
J'sais pas si on est d'la poussiĂšre d'Ă©toiles
Quand l'ciel te parle, Ă©coute-le bien, j'crois au destin
Mais j'suis pas devin, moi j'reste esclave, on s'doute de rien
On mĂšne nos vies sans penser qu'ils achĂštent nos rĂȘves
Y'a plus d'amour dans les familles quand l'manque d'argent kidnappe Noël
Chacun son combat, pas l'choix faut trouver pourquoi
On va s'lever, serrer des mains à des enculés en restant courtois
Des cernes sous les yeux, mais difficile Ă  capter
Rappelle-toi des promesses qu'on s'était faßtes mais qu'on a foiré
Et malgré ça chaque jour on monte des marches
Et si on s'arrĂȘte, on est lĂ , on s'remotive et on r'dĂ©marre

Des cernes sous les yeux
Dessine mes traits d'caractĂšre dans des tĂąches de sang
Ma vie j'y mets l'feu
J'suis la nature, qui s'laisse bercer par le vent

Des cernes sous les yeux
Dessine mes traits d'caractĂšre dans des tĂąches de sang
Ma vie j'y mets l'feu
J'suis la nature, qui s'laisse bercer par le vent

Enfin l'été, la plage entre Cannes et Nice
Les femmes que mes potes draguent, nos caractÚres qui s'embellissent
J'préfÚre rester dur, vu qu'j'suis pur et qu'il y a plein d'envieux
Loin d'ĂȘtre parano j'rattrape mon sommeil dans des trains d'banlieue
Si tu savais tout ce que j'voyais, c'est surprenant
J'connais la tess et les bourgeois, et j'vis plus vite que souffle le vent
Certes avec beaucoup d'lacunes, je sais que j'sais rien
J’idolĂątre les gens cultivĂ©s, et ceux qui cultivent la tune
On fait du mal aux terriens Ă  ĂȘtre si bĂȘtes
J'veux plus lire tes conneries sur internet
Quand tu parles, ma libertĂ© s'arrĂȘte
Dans une autre vie j'ferai sauter les frontiĂšres tels les murs de Fresnes
P't-ĂȘtre qu'ensuite, on s'aimera pour de vrai
C'est pas facile d'imaginer l'monde, autre que sous tension
Alors j'Ă©cris et j'essaye d'y mettre le fond et la forme
Pourquoi pas apaiser les esprits le temps d'un album ?
Pour mettre en forme tous les gens qui touchent le fond

Des cernes sous les yeux
Dessine mes traits d'caractĂšre dans des tĂąches de sang
Ma vie j'y mets l'feu
J'suis la nature, qui s'laisse bercer par le vent

Des cernes sous les yeux
Dessine mes traits d'caractĂšre dans des tĂąches de sang
Ma vie j'y mets l'feu
J'suis la nature, qui s'laisse bercer par le vent

J'ai fait des fautes et des coups bas, rien d'grave
Et pour jeter l'encre, y'a que les photos d'N'Kruma
J'lui rappe mes textes au téléphone
Puis on s'attrape en bas de l'immeuble (Georges !)
J'lui jette les clĂ©s par la fenĂȘtre, vieux bĂątiment sans interphone
Pas trĂšs longtemps qu'j'habite Pantin
J'roule ma bosse, avec ou sans mes soss, sur mon vélo sans frein
À part ma flemme, qui peut m'empĂȘcher d'Ă©crire ?
L'album aurait pu s'appeler "Je"
Ou "Le mépris des autres pour l'amour des miens"

Des cernes sous les yeux
Dessine mes traits d'caractĂšre dans des tĂąches de sang
Ma vie j'y mets l'feu
J'suis la nature, qui s'laisse bercer par le vent

Des cernes sous les yeux
Dessine mes traits d'caractĂšre dans des tĂąches de sang
Ma vie j'y mets l'feu
J'suis la nature, qui s'laisse bercer par le vent

 
Publié par 4494 1 3 6 le 15 novembre 2015, 10:26.
Bleu Noir
Chanteurs : Georgio

Voir la vidéo de «Bercé Par Le Vent»

Dire «merci» pour cette traduction Corriger une erreur
 

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

CaractĂšres restants : 1000