Facebook

 

Paroles de la chanson «Volver» par Benjamin Biolay

Je me souviens du goût des gens
De la torpeur et des tourments
Y'a pas cinq heures j'avais quinze ans
Mais plus grand chose de l'enfant
Je me rappelle d'un torrent
D'un homme singe et d'un cadran
De cette douleur entre les dents...
De la douceur d'aucun printemps,
avant... avant

Je voulais faire tout comme les riches
Tout en les maudissant au fond
Je me rappelle de quelques friches
De mes vieux copains vagabonds
Y'a pas quatre heures j'avais vingt piges
DĂ©jĂ  les soucis d'un vieux con
Aujourd'hui encore je m'entiche
De quelques arbres, juste pour le tronc

La vie n'aime pas qu'on la regarde
Dans les yeux
Elle peut te faire croire par mégarde
Qu'elle est deux
Mais elle n'est qu'une
Sans rancƓur ni rancune

Je me souviens de leurs amants
Sale tĂȘte de con, sale tĂȘte de gland
Y'a trois quart d'heure j'avais trente ans
Le cul d'un orang-outan
Je me rappelle de pas grand chose
Un coin de ciel qui vire au mauve
J'étais déjà bien peu de choses
Comme bien des rebelles sans cause

Y'a pas deux plombes j'avais quarante
La vie était déjà moins marrante
Tord boyaux couleur amarante
Chaque été en douce pente

La vie n'aime pas qu'on la regarde
Dans les yeux
Elle peut te faire croire par mégarde
Qu'elle est deux
Mais elle n'est qu'une
Sans rancƓur ni rancune
Aucune

Long soupir, embrouilles et brouillard
Petites combines, faux débrouillard
Je vois mon avenir de vieillard
Comme un train toujours en retard

Y'a pas cinq heures j'avais 15 ans
Déjà la rage, c'était déjà les gens
DĂ©jĂ  les yeux rougis de sang
DĂ©jĂ  le nez au firmament

Y'a quelques mois
J'avais 15 ans,
Mais j'aimais pas

 
Publié par 5240 1 1 4 le 4 octobre 2018, 17:20.
Volver
Chanteurs : Benjamin Biolay
Albums : Volver

Voir la vidéo de «Volver»

Dire «merci» pour cette traduction Corriger une erreur
 

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

CaractĂšres restants : 1000