Facebook

 

Paroles de la chanson «SoulÚve moi » par Daniel Balavoine


Dis-moi combien il faut que je te paye
Pour m'inventer une nuit de soleil
RĂ©ponds-moi
Les flics m'ont dit que tu n'as pas ton pareil
C'est peut-ĂȘtre eux qu'il faudrait qu'on surveille
Quand on voit
La pauvreté du soir
Roman du désespoir
Photo d'un peuple qui s'endort
Au fond des couloirs

Je sais parfois que l'amour se monnaye
Je ne peux pas te donner plus que ma paye
Comprends bien
Aujourd'hui c'est ma premiĂšre lune de miel
Dans ce quartier oĂč l'homme de loi se fraye
Un chemin
A coup de représailles
En serrant les tenailles
Autour d'un peuple
Dont on paiera les funérailles

Oh soutiens-moi
Porte-moi Ă  bout de bras
Faire l'amour ça sert à ça
SoulĂšve-moi
Serre-moi fort
Prends-moi au creux de ton corps
Fait pleuvoir les perles d'or
Cris multicolores

MĂ©fie-toi de la dictature qui sommeille
Le bruit des bottes est un mauvais réveil
Et crois-moi
La vraie lumiĂšre n'est pas celle du vitrail
N'oublie jamais le revers de la médaille
Souviens-toi
Que l'homme qui travaille
Ne sera pas de taille
En face d'un pouvoir
Qui a tout prévu pour la bataille

 
Publié par 40941 4 4 6 le 28 décembre 2018, 12:30.
Vendeurs De Larmes (1982)
Chanteurs : Daniel Balavoine

Voir la vidéo de «SoulÚve moi »

Dire «merci» pour cette traduction Corriger une erreur
 

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

CaractĂšres restants : 1000