Facebook

 

Paroles de la chanson «La cité des bleuets» par Jean-Baptiste Guégan

La cité des bleuets
Porte bien mal son nom
Il n'y a que des fleurs
Taguées sur le béton
Et les ombres qui traĂźnent
Des dealers du quartier
Qui vendent de la haine
Et de l'herbe Ă  fumer
Y'a des voitures brûlées
En trophées de violence
Une façon de crier
Contre l'indifférence

Il y a de la misĂšre qui pousse comme du chiendent
Les fleurs de la colĂšre ont le parfum de l'Orient
Il y a de la violence pour unique discours
Contre l'intolérance, des S.O.S. à l'amour

La cité des bleuets
Porte bien mal son nom
Les jours de désespoir
Et les nuits de baston
Y'a des regards qui brûlent
Comme des lames de rasoir
Et des moteurs qui hurlent
Aux rodéos du soir
Et les murs lézardés
Par les blessures du temps
Sont les seuls horizons
Pour les jeux des enfants

Il y a de la misĂšre qui pousse comme du chiendent
Les fleurs de la colĂšre ont le parfum de l'Orient
Il y a de la violence pour unique discours
Contre l'intolérance, des S.O.S. à l'amour

La cité des bleuets
Porte bien mal son nom

La cité des bleuets
Porte bien mal son nom
Porte bien mal son nom
Porte bien mal son nom

 
Publié par 5781 1 1 4 le 7 octobre 2019, 14:01.
Puisque c'est Ă©crit

Voir la vidéo de «La cité des bleuets»

Dire «merci» pour cette traduction Corriger une erreur
 

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

CaractĂšres restants : 1000