Facebook

 

Paroles de la chanson «Je T'aime Mélancolie» par MylÚne Farmer

Je T'aime MĂ©lancolie (Je T'aime MĂ©lancolie)

Mylene, dans cette chanson, s'adresse à la fois à ses détracteurs, ceux qui la considÚrent comme une "mauvaise herbe", et à une bouteille d'alcool (l'histoire ne nous dit pas laquelle... )

Dans les premiÚres paroles : "Tu me donnes ton ivresse" référence à l'alcool qui l'enivre.
Que fait-on lorsqu'on est ivre ? On a des relations avec n'importe qui : "L'envie de voir ma vie au lit". C'est une "idée fixe". Mais pourquoi boit-elle ? parce qu'on lui dit qu'elle est une "mauvaise herbe", qu'elle "nuit" (référence à tout ce qu'on dit de Mylene dans la presse). Quelle idée lui vient alors ? "Pouvoir m'apitoyer". Et comment ? bah en se saoulant bien sur !

"C'est bien ma veine
Je souffre en douce
J'attends ma peine
Sa bouche est si douce"
on peut imaginer par ce couplet que Mylene, complĂštement grise, "souffre en douce", car l'alcool lui monte Ă  la tĂȘte et lui donne envie de rendre son dĂźner... Mais d'un autre cĂŽtĂ© "sa bouche est si douce" (la bouche de la bouteille... donc elle boit au goulot ! quelle pochtronne cette Mymy ! )

Cette envie de "voir sa vie au lit" la poursuit, mais c'est essentiellement "la nuit - la nuit - la nuit" (on a compris, Mylene ! ) Cette rĂ©pĂ©tition nous sous-entend que Mylene est tellement bourrĂ©e qu'elle rĂ©pĂšte trois fois les mĂȘmes choses : son discours n'a plus ni queue ni tĂȘte !
"Je savoure la nuit / L'idée d'éternité / La mauvaise herbe nuit / Car elle ne meurt jamais" = Mylene se rassure en se disant qu'elle sera éternelle, puisque la mauvaise herbe ne meurt jamais. Mais ces idées la prennent seulement la nuit, quand elle a pris un petit verre de trop. En effet, rappelons-nous que dans "A quoi je sers... ", la jolie rousse se sent inutile comme personne. La bivalence du caractÚre farmerien nous est ici dévoilée ! (mais on la savait déjà un peu schizo (Sans Logique)... )

Venons-en au refrain. Je vais faire une analyse assez linéaire de chaque vers :
"Quand tout est gris" = le mot "gris" n'est pas anodin puisque "gris" signifie "ivre".
"La peine est mon amie" = certains, quand ils sont ivres, ont "le vin triste", c'est à dire qu'ils deviennent tristes, mélancoliques (oui, oui c'est le titre je sais)
"Un long suicide acide" = Boire est un "long suicide" puisqu'on sait qu'il ravage l'estomac ("acide"), le foie, etc. donc c'est une mort lente que d'ĂȘtre alcoolique.
"Je t'aime mélancolie" = Vous avez compris que Mylene n'est pas trÚs gaie quand elle se met à boire... mais elle aime ça !
"Sentiment qui / Me mÚne à l'infini" = Ce sentiment (la mélancolie) l'amÚne vers l'infini car ne perdons pas de vue que Mylene écrit des chansons généralement tristes. Or, nous avons vu précédemment que, étant une "mauvaise herbe" (c'est-à-dire en pratiquant son métier de paroliÚre-chanteuse) elle gagne l'éternité (l'infini). En somme, grùce à l'alcool, elle écrit, et comme elle écrit, elle devient immortelle (dans le coeur des fans).
"Mélange du pire, de mon désir" = Et avec ça, elle fait des mélanges ! ! (des pti cocktails, si on veut)
"Je t'aime mélancolie" (voir ci-dessus).
Plus loin, on a :
"J'ai l'ùme humide aussi" = référence à ce qui est dit plus haut, quand Mylene boit, elle se sent plutÎt hot (donc humide... heum, heum ! . . )
"Tout mon ĂȘtre chavire" = elle est tellement ivre qu'elle n'a plus l'Ă©quilibre
"Oh viens je t'en prie / C'est ton amie aussi" = Elle parle sans doute Ă  un amant d'un soir, ivre Ă©galement
"C'est l'élixir de mes délires" = sur "l'élixir de mes délires", la signification est sans équivoque.
"Je t'aime mélancolie" = s'adresse-t-elle cette fois-ci à son amant ? (s'y prendrait-il mal ? ? ? )

Mylene a alors "une envie" de voir sa "vie en l'air", car quand elle entend "c'est de la mauvaise herbe" (mĂȘme s'il ne s'agit pas d'elle-mĂȘme), elle pense qu'une sauvage nĂ©e (c'est Ă  dire une star naissante ("nĂ©e")... un peu pochtronne ("sauvage") ? ) vaut bien d'ĂȘtre "estimĂ©e". En effet, elle se fiche des contraintes et des standards contemporains, ce qui prouve son cĂŽtĂ© novateur et son sens artistique (la nouveautĂ© fait partie de l'art) : "la nique aux trop bien cultivĂ©es".
L'idĂ©e de la "sauvage" en opposition avec les " "trop bien" cultivĂ©es" suppose que Mylene, provocatrice (et donc "sauvage"), se fiche bien des petites pimbĂȘches coincĂ©es (trop bien cultivĂ©es) qui Ă©crivent des saletĂ©s sur son compte.
Et toc !

Par ailleurs, elle dit que la "moralitĂ©" (dictĂ©e par les mĂ©dias et les pimbĂȘches coincĂ©es ;-) est une "idĂ©e triste mais qui ne meurt jamais". Elle suggĂšre que pour plaire Ă  la presse (les "jaloux"), il fait passer inaperçu ("ĂȘtre ignorĂ©e").

"Mais lĂ , mais lĂ , mais lĂ , pour le coup C'est Dieu qui m'a plantĂ©e, alors ? ? ? " => Mylene dit (toujours avec son Ă©locution de bourrĂ©e) que Dieu l'a plantĂ©e car elle est trÚÚÚÚÚÚÚs loin des stĂ©rĂ©otypes dictĂ©s par les pimbĂȘches et la presse : Dieu lui a donnĂ© une nature totalement diffĂ©rente, assez dĂ©saxĂ©e. Donc, Ă  entendre : "Pour le coup (c-Ă -dire "pour le fait d'ĂȘtre stĂ©rĂ©otypĂ©e"), c'est Dieu qui m'a plantĂ©e (cĂ d "Dieu a fait tout l'inverse ! ")"

Alors ? ? ?
Bah rien de tel qu'une petite bibine pour fĂȘter ça ! ^^

N. B : j'espÚre que chacun aura compris qu'il ne s'agit pas d'un texte intégralement autobiographique (en tout cas il ne l'est pas pour ce qui est de l'alcoolisme).

Je te guette...
Je te guette...
Tu me donnes...
Tu me donnes...
Ton ivresse...
Ton ivresse...
Comme personne...
Comme personne...

J'ai comme une envie
J'ai comme une envie
De voir ma vie au lit
De voir ma vie au lit
Comme une idée fixe
Comme une idée fixe
Chaque fois que l'on me dit
Chaque fois que l'on me dit
La plaie c'est ça :
La plaie c'est ça :
C'est qu'elle pousse trop vite
C'est qu'elle pousse trop vite
La mauvaise herbe nuit
La mauvaise herbe nuit
C'est là qu'il me vient une idée :
C'est là qu'il me vient une idée :
Pouvoir m'apitoyer
Pouvoir m'apitoyer

[Pont]
[Pont]
C'est bien ma veine
C'est bien ma veine
Je souffre en douce
Je souffre en douce
J'attends ma peine
J'attends ma peine
Sa bouche est si douce
Sa bouche est si douce

J'ai comme une envie
J'ai comme une envie
De voir ma vie au lit
De voir ma vie au lit
Comme une idée fixe
Comme une idée fixe
Qui me poursuit la nuit - la nuit - la nuit
Qui me poursuit la nuit - la nuit - la nuit
Je savoure la nuit
Je savoure la nuit
L'idée d'éternité
L'idée d'éternité
La mauvaise herbe nuit
La mauvaise herbe nuit
Car elle ne meurt jamais
Car elle ne meurt jamais

[Refrain 1]
[Refrain 1]
Quand tout est gris
Quand tout est gris
La peine est mon amie
La peine est mon amie
Un long suicide acide
Un long suicide acide
Je t'aime mélancolie
Je t'aime mélancolie
Sentiment qui
Sentiment qui
Me mĂšne Ă  l'infini
Me mĂšne Ă  l'infini
Mélange du pire, de mon désir,
Mélange du pire, de mon désir,
Je t'aime mélancolie
Je t'aime mélancolie

[Refrain 2]
[Refrain 2]
Quand tout est gris
Quand tout est gris
La peine est mon amie
La peine est mon amie
J'ai l'Ăąme humide aussi
J'ai l'Ăąme humide aussi
Tout mon ĂȘtre chavire
Tout mon ĂȘtre chavire
Oh viens je t'en prie
Oh viens je t'en prie
C'est ton amie aussi
C'est ton amie aussi
C'est l'élixir de mes délires
C'est l'élixir de mes délires
Je t'aime mélancolie
Je t'aime mélancolie

J'ai comme une envie
J'ai comme une envie
De voir ma vie en l'air
De voir ma vie en l'air
Chaque fois que l'on me dit
Chaque fois que l'on me dit
C'est de la mauvaise herbe
C'est de la mauvaise herbe
Et moi je dis :
Et moi je dis :
Qu'une sauvage née
Qu'une sauvage née
Vaut bien d'ĂȘtre estimĂ©e
Vaut bien d'ĂȘtre estimĂ©e
AprĂšs tout elle fait souvent la nique
AprĂšs tout elle fait souvent la nique
Aux "trop bien" cultivées, et toc !
Aux "trop bien" cultivées, et toc !

[Pont]
[Pont]

J'ai comme une idée
J'ai comme une idée
De la moralité
De la moralité
Comme une idée triste
Comme une idée triste
Mais qui ne meurt jamais
Mais qui ne meurt jamais
En somme c'est ça :
En somme c'est ça :
Pour plaire aux jaloux
Pour plaire aux jaloux
Il faut ĂȘtre ignorĂ©e
Il faut ĂȘtre ignorĂ©e
Mais lĂ , mais lĂ , mais lĂ , pour le coup
Mais lĂ , mais lĂ , mais lĂ , pour le coup
C'est Dieu qui m'a plantée, alors ? ? ?
C'est Dieu qui m'a plantée, alors ? ? ?

[Refrain 1 & 2] x2
[Refrain 1 & 2] x2

 
Publié par 7703 2 5 7 le 1 décembre 2007, 17:29.
L'Autre (1991)
Chanteurs : MylĂšne Farmer
Albums : L'Autre

Voir la vidéo de «Je T'aime Mélancolie»

Dire «merci» pour cette traduction Corriger une erreur
 

Vos commentaires

catwoman-cherry Il y a 13 an(s) 7 mois Ă  18:06
8441 3 3 7 catwoman-cherry Site web Je pensais que dans cette chanson,mylene devoilé la melancolie comme une amie (d'ailleurs il me semble que le mot melancolie dans le titre est ecrit en majuscule) mais j'avais pas remarqué qu'il s'agissait d'alcoolimie en faite.j'aime bien cette chanson et les deux voix que Mylene prend
catwoman-cherry Il y a 13 an(s) 6 mois Ă  21:20
8441 3 3 7 catwoman-cherry Site web ne ferait-elle pas un hommage à Frances Farmer qui a sombré dans l'alcool aussi?
E.L. Il y a 13 an(s) 6 mois Ă  21:42
7703 2 5 7 E.L. j'en doute.
c'est comme le chevalier d'eon : il n'est pas partout dans les textes de Mylene lol XD
Nidhogg Il y a 12 an(s) 2 mois Ă  01:15
5212 2 2 3 Nidhogg a chacun son intrepretation mais je ne suis pas pour l'explication de l'alcool cette chanson est tout simplement une chanson pour ses detracteurs et la peine qu'elle ressentait tout en la cherchant quand meme
Moni-Chan Il y a 11 an(s) 8 mois Ă  18:03
8679 3 3 5 Moni-Chan J'adore !!! Explication superbe encore une fois ^^.J'adore ce clip en tout cas et les paroles j'adore !! Moi aussi j'aime beaucoup sa voix quand elle parle :-P
CaractĂšres restants : 1000