Facebook

 

Paroles de la chanson «Corps De Ferme À L'abandon» par Dominique A

Je suis retourné au
Corps de ferme à l'abandon
Je suis entré dans l'étable
Noire, les poutres tenaient bon
Tenaient le plafond éventré
Les planches d'avant-guerre, la première

Siècles des nuits, nuit des siècles
Tout était si vieux ici
Depuis toujours
Si hauts les arbres enserrant la ferme
Si fleuri le jardin au centre de la cour
Encore fleuri
Comme quand des gens vivaient ici
(Comme quand des gens vivaient ici)

Et si haute la peur
Qu'enfants on jouait à réveiller
L'après-midi, dans le grenier immense
De la maison du fermier
Le fermier qui avait l'air si gentil
Et qui passait ses nerfs
Sur ses vaches, sur ses fils et sur le commis
Le commis qui vivait
Au-dessus de l'étable
Comme en 1900
Sa silhouette torse nu à la fenêtre le soir
Dans la lumière blanche de l'ampoule au plafond
De sa chambre

Et au bout d'une allée
Longeant le jardin clos derrière chez les fermiers
Il y avait le château
Et les bêtes empaillées dans l'entrée bleu pâle
Un renard et un cerf
Et en face l'étang
Au bout d'un champ en pente douce
Comme un répit dans l'épaisseur des lieux

À l'écart, l'écurie
Et ses secrets palpables et ses lignes franchies
Les non-dits enroulés dans l'obscurité des murs sales
Empaquetage de ce qu'on sait
De ce qui ne se dit pas, pour toujours
Et suinte, suinte de partout
Et se transmet
Dans grand silence entendu

Ça puait le secret
La chair sous la contrainte
La perpétuation du mal, moisson d'éternité
Qu'il faut engranger vaille que vaille
Et que ça pue plaisait
Aux gosses que nous étions
C'était bien pour la peur, l'inquiétude
Ce qui montait dans le grenier
Jusqu'à la maison du fermier
Ça nous électrisait

On s'emparait de ces histoires
Comme de poisons délectables
Ces fantômes convoqués
Dans un deux-pièces sombre
Loué à l'année pour rien
Au châtelain qu'on ne voyait jamais
Il n'y avait pas de salle de bain
Juste un évier dans la cuisine
Une cheminée jamais ramonée
Et les chiottes en bois sur un côté de la cour

On écoutait Police
"I can't, I can't stand losing..."
Avec sur la pochette du 45 tours un type pendu
Au dessus d'un bloc de glace à demi fondu
L'humour à l'orée des eighties
Le cynisme new wave
Comme une irruption hors cadre
Dans ces lieux sans âge
Si vieux, si vieux depuis toujours

Confinés dans la nuit des siècles
La maison des fermiers
Le grand jardin clos, la grenier
Le château, l'écurie
Et les secrets par milliers
Répandus dans la cour
Sans âge
Débordant de partout
Affreux
Congestionnés

Quand je suis retourné au
Corps de ferme à l'abandon
La peur était intacte
Les lieux criaient pitié
Et même en plein jour tout hurlait
Tout hurlait
Et se jetait sur vous
Je suis sorti dans l'effroi de l'étable
Et j'ai fui

 
Publié par 5796 1 1 6 le 27 février 2019, 08:02.
Toute Latitude
Chanteurs : Dominique A

Voir la vidéo de «Corps De Ferme À L'abandon»

Dire «merci» pour cette traduction Corriger une erreur
 

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

Caractères restants : 1000